Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 11:19

 

Mercredi 1er mai, c'est la météo qui décide de mon départ …

Je dois être au plus tard jeudi soir à Bort, mais cette journée s'annonce bien pluvieuse …

Alors autant profiter d'un environnement plus favorable pour la plus longue étape de ce périple !

 

Dans le garage, Brigitte immortalise le moment et je ne peux m'empêcher de sourire en pensant aux quolibets de Pierre quant à ma nouvelle monture, un peu plus légère … mais surchargée. Il va encore pouvoir se lâcher le bougre.

 

Avant de prendre la route, une dernière poignée de main avec Serge dans une grande crise de rigolade. La pause ne convient pas à notre photographe qui nous enjoint de renouveler le geste, à l'instar de bien des grands de ce monde …

Première grande virée de la Tracer – 6 …
Première grande virée de la Tracer – 6 …
Première grande virée de la Tracer – 6 …

 

Un bout d'autoroute dans un brouillard plus ou moins dense jusqu'à Toul puis direction Langres. Il fait encore frisquet et j'apprécie grandement les poignées chauffantes.

 

J'hésite à piquer sur Chaumont puis le Morvan, mais les souvenirs de jeunesse me poussent vers Dijon. Certes les voies du plateau de Langres ne sont guère jouissives avec ces longues lignes droites, mais mon esprit vagabonde lorsque j'approche du lieu où j'ai passé toutes mes vacances de gamin (Lux).

 

Que d'âneries faites ici, mais pas que … Aussi une belle école de la vie en communauté, de la découverte du monde agricole, de bien des formes de solidarité, d'échanges …

 

Nous avons eu l'immense chance d'un univers de grande liberté, tout de même bien encadrée, dans une vaste maison où nos Grands-Parents accueillaient moult branches de la famille, avec des flopées de cousins et cousines qui se retrouvaient avec plaisir et partageaient bien des "expériences" avec les jeunes locaux.

 

D'excellents forgerons ces Grands-Parents, au moins pour moi, qui avait déjà des tendances un tantinet rebelles !

 

Un plein de la machine dans la banlieue de Dijon avant d'attaquer la partie plaisir.

 

Cette moto est vraiment faite pour virevolter dans les courbes, enchaîner les basculements, avec rigueur et précision, ce qui me rend vraiment serein après la longue expérience avec les Diversions. Peut-être trop paisible d'ailleurs car je suis fréquemment en défaut vis-à-vis de la législation routière sur la vitesse.

 

Outre le plaisir de ce type de route, je profite aussi de paysages somptueux d'une nature en pleine éclosion printanière offrant des camaïeux de verts magnifiques. J'en profite d'ailleurs pour une rapide pause pique-nique dans la région de Autun, autre lieu de souvenirs, mais là relatifs aux histoires d'un oncle qui y faisait son internat …

Première grande virée de la Tracer – 6 …
Première grande virée de la Tracer – 6 …
Première grande virée de la Tracer – 6 …
Première grande virée de la Tracer – 6 …
Première grande virée de la Tracer – 6 …
Première grande virée de la Tracer – 6 …

 

Heures après heures, la route se déroule et l'arthrose des mains engendre des douleurs persistantes, particulièrement au niveau de la base des pouces. Heureusement, le régulateur me permet de relâcher régulièrement la main droite autant que la gauche, limitant ces effets pervers.

 

A la sortie de Riom, je m'apprête à faire mon dernier plein lorsqu'un bonhomme en bleu s'extrait de son groupe de gendarmes et me fait signe de stopper. Je ne suis pas inquiet, je suis parfaitement en règle, je ne roulais pas vite, ma dernière (faible) dose d'alcool date de 48h00 et j'ai mon clignotant dans le rond-point.

Effectivement, c'est juste un contrôle de routine, bon enfant d'ailleurs.

Comme il y a deux "gendarmettes" dans le groupe, je m'offusque de n'avoir pas à faire avec l'une d'elles et un beau barbu sort du groupe avec une réflexion du type "on me demande", le tout avec force rires bien sûr.

Nous échangeons quelques minutes, surtout lorsqu'ils m'interrogent quant à l'autocollant "Paddock 24 H du Mans" … Il y avait des motards parmi eux !

 

Si la moto continue à tournicoter avec brio sur ces belles routes auvergnates, la fatigue commence à peser. Une dernière pause "repos des mains" quelques dizaines de kilomètres avant le but me permet de saisir les dernières parcelles de neige sur le massif du Sancy ainsi que quelques fleurs à mes pieds.

Première grande virée de la Tracer – 6 …
Première grande virée de la Tracer – 6 …
Première grande virée de la Tracer – 6 …

 

Après ce périple de près de 3000 bornes, je suis vraiment enchanté de mon acquisition. Si c'est un réel plaisir de la diriger, elle est aussi d'un confort époustouflant.

A la prise en main, je m'inquiétais de la fermeté de la selle. En fait elle est parfaite.

Au cours de ces 9h00 de route, je ne me suis pas mis une seule fois debout sur les repose-pieds pour soulager mon séant, alors que je le faisais régulièrement auparavant.

 

Elle devrait donc prendre l'air souvent cette Tracer GT …

Mais en attendant la prochaine escapade, demain il me faut rejoindre les collègues des Restos du Cœur pour une ramasse et la distribution.

Résumé de ce périple d'avril, dans les grandes lignes.

Résumé de ce périple d'avril, dans les grandes lignes.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 06:58

 

Les copains encore …

 

Vendredi, après que le givre matinal soit dissipé par un soleil radieux, mais pas très chaleureux, les motos sont sorties pour un grand rinçage qui permet d'évacuer la boue accumulée deux jours plus tôt et les éventuelles traces d'air marin et salé.

Première grande virée de la Tracer – 4 …

 

Notre périple nous pousse jusqu'à Pontivy dans un rythme plus coulé que les jours précédents. Il est flagrant que Lolo retrouve de l'assurance et les enchaînements de courbes et ronds-points sont enroulés avec une vigueur assurée, sans vitesse excessive néanmoins.

 

La première visite est pour un "petit jeune". Enfin, plus si jeune que ça, mais il restera ainsi pour moi !

Julien est un motard, bien sûr. Il est né dans ce monde et sa passion pour le deux-roues et la mécanique s'est développée très tôt.

Mais c'est aussi un jeune Papa qui a repris une entreprise de métallerie il y a trois ans, projet sur lequel j'ai émis quelques avis à l'époque, professionnels comme personnels.

Quel plaisir de voir sa progression, l'évolution de l'entreprise, la pugnacité de ce jeune dans un univers où il maitrisait la technique mais où il a dû acquérir la stature de chef d'entreprise avec toutes ses facettes (économique, commercial, juridique, etc …).

La SARL Lorans, en forte progression, allie la perfection de l'art et la technique.

Bravo Julien !

 

Puis il est temps de partir retrouver Christine et Dédé.

Les machines piaffent d'impatience de rejoindre leurs congénères …

Il est vrai qu'elles sont nombreuses et variées ici. D'ailleurs, Dédé est tout fier de nous montrer sa dernière restauration, en phase finale : Une 550 Honda affublée d'un réservoir Japauto …

 

Une séquence nostalgie amplifiée par la CB 350 Honda, ma première bécane, … et la présence d'un nectar du Beaujolais issu des passions conjuguées d'un autre ami  Jacky Grolet, motard et viticulteur !

Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …

 

Mais les humains se retrouvent aussi avec délectation autour d'un bon dîner avant d'aller dormir.

Le lendemain le petit déjeuner est vite englouti, car nous avons tous nos contraintes.

Les Bretons partent vers l'île de Noirmoutier pour une reconnaissance en vue d'une sortie du Moto-Club local Ty Marh Tan.

Cette association est le sujet de bien des souvenirs entre nous, et c'est pour moi une grande satisfaction de voir qu'elle continue à bien vivre …

 

De notre côté, nous sommes attendus à déjeuner. Pour cela nous avons le temps, et nous en profitons pour poursuivre les roulages rédempteurs.

Une longue pause s'impose rapidement. La température ne monte pas vite (6°) et les doigts de Lolo crient rapidement grâce.

L'occasion de lui faire découvrir un endroit charmeur : Josselin.

Elle est subjuguée par la vue printanière du canal de Nantes à Brest dominé par l'imposant château des Rohan, puis par la vie du marché qui s'étend sous les colombages typiques et la protection de la superbe basilique Notre Dame du Roncier.

L'occasion de se réchauffer dans un café, mais aussi de traiter une question urgente du FGN Racing en vue des 24 heures du Mans Motos qui approchent à grands pas.

Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …

 

Puis la route nous appelle à nouveau, sous des températures à peine plus clémentes (11°), mais elle nous emmène si loin que nous arrivons chez Irène et William avec un peu de retard.

William prépare ses montures pour aller au Mans le week-end prochain, mais il ne sait pas encore quel side il va devoir prendre … Cela dépend de sa fille Iris. A deux ce sera le Comanche, à trois, le Comète s'imposera !

Au cours de l'excellent déjeuner, l'ambiance est légère. J'apprécie de retrouver une belle jeune fille qui prépare son bac. Nous avons passé tant de moments joyeux avec elle et sa sœur lorsqu'elles étaient enfants. A tel point qu'elles m'avaient affublée d'un surnom devenu légendaire : Bozo le clown (qui va d'ailleurs bien avec le "Tonton Barjot" de mes nièces et neveux !).

 

Avant de repartir, un petit tour pour aller voir quelques trésors du gars William dont ce fameux Comanche témoin de pas mal de nos virées dont celle de l'île de Man, en 2007, pour assister au centenaire du TT (Tourist Trophy, course sur route mythique).

Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …

 

A l'arrivée, Lolo est radieuse. Elle vient d'enrouler la longue série de courbes des derniers kilomètres à une vitesse nettement supérieure que les fois précédentes (bien que proche de la vitesse légale) et en toute sérénité …

Le travail et l'expérience payent !

Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …
Première grande virée de la Tracer – 4 …

 

La Tracer va maintenant reposer quelques heures avant de repartir se plonger dans l'arène Sarthoise après ses incursions en Côtes d'Armor, Morbihan et Ille et Vilaine (non, il n'y a pas de fautes de frappe, dans ce cas-là on ne dit pas "Il est vilain") …

 

Merci à tous pour ces excellents moments (et bons repas),

et bravo à Lolo pour ces progrès manifestes acquis sur plus de 700 bornes.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2019 5 12 /04 /avril /2019 07:04

 

Les copains d'abord …

 

La météo s'améliore sur la Bretagne … si ce n'est pas en terme de chaleur, c'est nettement plus agréable et profitable sans pluie, voire même sous le soleil !

 

L'occasion donc d'une grande marche sur la plage (merci bien mon kiné) où nous pouvons suivre les évolutions des bateaux de pêche, à la fin de leur temps captation de coquille Saint Jacques, ici en baie de Saint Brieuc.

Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …

 

Jeudi, c'est reparti pour un plus long périple. Nous allons saluer des expatriés du Moto-Club Meymacois résidant tous près d'un lieu de vacances de mes jeunes années. Une vision rapide du sillon de Talbert, très clair, qui affleure l'eau derrière le sillon noir qui se découvre lentement …

Lolo se "dérouille" (et se débrouille fort bien) dans les méandres prononcées d'une petite route enchâssée entre talus et futaie … du style "Breizh-TT" (TT = Tourist Trophy, célèbre course de moto sur route, sur l'ile de Man).

Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …

 

A Pleubian (22), l'accueil de Véro et Fred est chaleureux. Nous découvrons la maison qui leur fait vivre quelques soucis après la détection de bien des vices cachés … mais lorsque ce sera réglé, de nouvelles chambres d'hôte seront disponibles …

Quant à l'offre de table d'hôte qui sera proposée alors, ce sera du grand plaisir.

En effet, nous avons testé des noix de Saint Jacques parfaitement saisies et présentées en cassolettes sur une fondue de poireaux sublime.

Ensuite, pour continuer à titiller les papilles, un rôti fondant à souhait arrosé d'un jus gouteux et accompagné de pommes rissolées.

Et enfin, après un plateau de fromages aussi particulier qu'excellent, LA tarte au citron meringuée …

Comme dirait une copine d'ici : " Une tuerie !".

 

Si pour Véro cette tarte était un coup d'essai, ce fut un coup de maître !

Et en ce qui concerne Fred, les motards du coin peuvent lui faire confiance. En même temps un pro confirmé et un passionné capable de vous abreuver de bien des histoires de motos …

Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …

 

Nous repartons en milieu d'après-midi sous un soleil radieux et une température plus agréable (14°). Lolo est en forme et veut continuer sa "mise en jambes". Nous prenons donc la direction de la côte de granit rose.

Petite pause photo au-dessus de Perros-Guirec avec une grosse pensée pour quelques cousines et cousins …

Si les vues des iles sont estompées par la brume de mer, les couleurs de l'eau sont saisissantes.

Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …

 

Une dernière et longue pause à Ploumanac'h.

Nous déambulons avec délectation au milieu de ce chaos rocheux exceptionnel, baigné de la douce lumière du jour déclinant. Ce chemin des douaniers nous entraine dans des méditations relatives à l'histoire ou aux multiples suggestions offertes par les formes multiples de ce granit.

Un autre régal !

Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …
Première grande virée de la Tracer – 3 …

 

Une petite centaine de bornes pour rentrer. Les doigts de Lolo supportent mal la température qui descend aussi rapidement que le soleil, mais elle assure de mieux en mieux, surtout avec ce parcours de petites routes tortueuses.

La Tracer y virevolte avec précision et bonheur, ouvrant la voie à sa "petite" mais vaillante compagne.

 

Les motos sont remisées pour la nuit, après un plein salvateur, annonciateur de nouvelles aventures programmées pour le lendemain …

Partager cet article
Repost0
9 avril 2019 2 09 /04 /avril /2019 07:29

 

SECOND EPISODE : Batifolages bretons !

 

Pour sa première sortie bretonne, samedi dernier, la Tracer s'essaye au duo pour la première fois, et Laurence inaugure la selle passager.

Sa réaction initiale est sans ambages : "elle est raide !"

 

Je m'étais fait la même réaction en la prenant en charge. Elle est effectivement ferme cette selle, mais elle s'avère encore plus confortable que celle de la Diversion. A l'aller, 6 heures de route sans jamais se mettre debout sur les repose-pieds afin de soulager un séant incommodé …

 

Ce lundi matin, si le ciel est couvert, il ne pleut plus … je débute la journée par un tour de jardin, ne me lassant pas d'admirer les œuvres de la nature.

Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …

 

En début d'après-midi, la météo semble se maintenir, le soleil faisant même de courtes et timides apparitions.

Nous projetons donc d'aller voir la mer et nous voilà partis, la "petite" Honda précédée par la Tracer.

Quel plaisir, cela fait 13 ans que nous n'avons plus roulé de concert avec Laurence, bien que parfois ma passagère. 13 ans de doute après avoir plié sa Suzuki SV en se brisant les deux mains et les deux jambes …

Mais cet été, l'envie a pris le pas sur l'incertitude et il faut maintenant engranger de l'expérience pour retrouver de l'aisance.

 

Nous voici donc arrivés sur le port de Binic :

Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …

 

Cela semble plaire à Laurence et comme la météo se maintient, elle propose de pousser jusqu'à Paimpol.

La dernière fois que je suis venu ici, c'était avec un autre accompagnateur, en Kawasaki ce jour là.

 

L'occasion de faire un tour sur le port, puis une rapide incursion en ville écourtée par une violente averse :

Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …
Première grande virée de la Tracer – 2 …

 

Nous nous réfugions sur une terrasse abritée pour attendre la fin du déluge … qui se mue en crachin typiquement breton. Il nous faut bien repartir et la Tracer est maintenant bien baptisée sous sa première pluie.

 

Au retour, ma vaillante suiveuse assure, bien que plus timide qu'à l'aller. J'en profite pour me livrer ponctuellement à quelques excentricités, mais la moto est imperturbable et n'enclenche même pas ses assistances (TCS et ABS).

 

De plus en plus un régal cette machine !

 

Et une demi-heure plus tard, le soleil pointe son nez …

C'est ça la Bretagne, il y fait beau plusieurs fois par jour !

Partager cet article
Repost0
28 février 2019 4 28 /02 /février /2019 17:55

 

Non, je ne crois pas !

Le "Div" m'est associé depuis une vingtaine d'années et le "Div19" depuis plus de 15 ans …

Peut-être une légère évolution ? À voir …

 

Par contre, pour le reste, tout change, et radicalement.

Un bon en avant d'une quarantaine d'années dans la conception et la technologie, ça se ressent tout de suite.

 

C'est flagrant dès la mise en main réalisée par la très sympathique équipe de Auvergne Motos. Des boutons et molettes jusque-là inconnus, des informations pléthoriques au tableau de bord, des choix de cartographie et de contrôle de traction … qui sont immédiatement positionnés au plus soft.

Trop pour tout ingurgiter en quelques minutes, alors revenons à l'essentiel : la prise en main de la machine, son rodage, mais aussi celui des pneus !

 

Me voici donc juché sur mon nouveau destrier, la MT09 Tracer GT, kilomètre zéro au départ de Clermont-Ferrand.

Changement de pseudo ? ? ?

 

Merci à Samy, mon chauffeur à l'aller et mon suiveur au retour pour avoir immortalisé ce moment !

 

Ensuite, c'est parti vers la montagne. 21° au départ et 9° une demi-heure plus tard …
Ca réveille !

L'occasion de faire de premières photos dans des décors qui laissent présager de futures incursions à l'hivernale motocycliste des Millevaches !

 

Changement de pseudo ? ? ?
Changement de pseudo ? ? ?
Changement de pseudo ? ? ?
Changement de pseudo ? ? ?

 

La voici maintenant devant la maison avant de rejoindre son garage. Les 100 premiers kilomètres sont largement dépassés, il reste encore un bon centimètre de "bande de peur" sur les pneus et le rendez-vous pour la révision des 1000 kilomètres est déjà pris … Vu les délais, il va falloir se restreindre !

Changement de pseudo ? ? ?

 

Et jusque-là, c'est que du bonheur, même si quelques détails commencent à mettre de légères ombres au tableau, comme l'accès à la clé de contact ou l'ergot de la béquille latérale difficile à appréhender !

Partager cet article
Repost0
25 février 2019 1 25 /02 /février /2019 19:00

 

Avant de la laisser partir, un petit tour avec Div4 avec une météo exceptionnelle …

L'occasion de vérifier qu'elle "angle" toujours avec bonheur !

 

Et quelques photos du superbe château de Val, dominant la retenue du barrage de Bort les Orgues où des pécheurs évoluent sur l'eau miroitante …

Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !
Un petit tour au château de Val !

Que du plaisir !

Partager cet article
Repost0
13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 18:43

 

Une vacancière de passage à Bort me demande ingénument :

"La Creuse, ce n'est pas loin d'ici ?"

 

Et comme ma réponse est affirmative, elle me demande si je ne peux pas l'emmener voir une filature de laine qu'elle rêve de découvrir …

 

Et nous voilà donc partis sous un soleil radieux mais avec des températures encore basses qui remontent progressivement.

Après le plateau de Millevaches, des dizaines de kilomètres sur des petites routes virevoltant en permanence, sans rencontrer âme qui vive, entament notre optimisme.

 

Sommes-nous sûrs de cette destination ?

 

Tout à coup, un panneau, discret nous réconforte :

Une balade Creusoise … singulière !

 

Nous plongeons dans une vallée. Normal, une filature a besoin d'un cours d'eau.

Mais nous remontons de l'autre côté et le doute revient d'autant que la route est étroite, en mauvais état et vicieuse comme cette épingle coincée entre quatre maisons.

 

Finalement, la route replonge dans un autre vallon et offre la vision de bâtiments a priori inappropriés dans cet environnement particulièrement bucolique, sur la rive d'un très jeune Cher … mais nous sommes arrivés :

Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !

 

Le magasin d'usine n'est ouvert que le mercredi et ma passagère peut donc s'emplir les yeux dans ce monde aux couleurs chatoyantes et aux doux touchers … mais aussi alléger son compte en banque …

Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !

 

J'en profite pour jeter un coup d'œil à l'espace de production qui me rappelle bien des souvenirs quant à certaines études relatives à l'informatisation d'usines textiles dans le nord de la France … mais il y a une trentaine d'années :

Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !

 

Le retour est idyllique, à un train de sénateur pour profiter de cette nature préservée et dominée par le majestueux massif du Sancy :

Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !
Une balade Creusoise … singulière !

 

Et cette superbe journée se termine sur des vues du Massif du Puy Mary, également immaculé et étincelant sous le soleil couchant.

 

N'est-elle pas belle la vie comme cela ?

 

 

Plus d'infos sur cette filature exceptionnelle en activité depuis 1880, trésor du patrimoine local  ?

Découvrez son histoire et ses savoir-faire sur leur superbe site :

https://fonty.fr/la-filature

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 15:46

 

Joindre l'utile à l'agréable, un excellent postulat !

 

Un rendez-vous impromptu en vallée du Rhône …

L'ami Christian ressent des fourmis dans les bielles de sa nouvelle machine, la Yamaha MT09 …

 

En 48h00, ces deux paramètres sont parallélisés et donne lieu à un projet d'autant plus alléchant  que la météo s'annonce agréable, au moins pour le début du périple : 5 jours pour arrondir les pneus !

 

Christian me rejoint à Bort après une halte dans le Poitou et nous repartons dès le lendemain, objectif Larzac.

Les grandes courbes par Aurillac, les enchaînements plus serrés des gorges du Lot, un large contournement du viaduc de Millau où l'on saute de vallées en sommets pour plonger sur Nant (et non pas Nantes d'où vient Christian) et remonter sur le plateau du Larzac pour atteindre La Vacquerie où le gîte de Laurent "Chez Raoul" nous ouvre ses portes pour un repos bien mérité.

2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …

 

Le lendemain, la journée débute par un nouveau plein des machines … et l'observation d'un hélicoptère qui assure le convoyage de matériaux sur un chantier d'altitude.

Une petite virée plein sud pour découvrir le lac du Salagou enserré dans ses terres rouges, mais nous retournons rapidement chercher la fraîcheur vers les sommets plus au nord avant de replonger vers le Larzac.

Une halte sur le point historique de La Blaquière (lieu d'une célèbre explosion lors des luttes pacifistes sur ce plateau) puis une longue descente dans le cirque de Navacelles.

2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …

 

C'est ensuite la découverte des Cévennes. Après la fabuleuse descente dans les gorges de la Vis et, après l'alternance des vallées, c'est la fastidieuse ascension du col du Minier … abondamment gravillonné, mais quels paysages …

 

Petite pause casse-croûte bucolique puis Florac et la superbe corniche des Cévennes.

L'occasion de rendre visite à Dédé, un membre du Moto-Club Meymacois qui peut nous accueillir entre diverses étapes médicales.

Il est le grand maître de la sécurité des Millevaches mais sera probablement absent cette année car encore bien malade.

Nous lui laissons quelques échantillons de fromages Auvergnats qui semblent lui mettre du baume au cœur.

Les orages éclatent, Nîmes est sous des trombes d'eau, mais nous "tangentons" ces déchaînements avec une dizaine de gouttes sur les visières au niveau des Vans puis trois ou quatre à Vallon Pont d'Arc.

Dans les gorges de l'Ardèche, il faut être prudent car les touristes sont assez étourdis. Heureusement, nous sommes encore assez concentrés pour éviter un véhicule démarrant sous notre nez à contresens de la circulation ... 

 

En fin de journée, nous arrivons en vallée du Rhône chez un autre Dédé, celui d'Ardèche. Superbe soirée autour des bons petits plats concoctés par son épouse, Annie.

2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …

 

Christian ne connaissant pas la région, nous lui proposons encore quelques virages, au pied du Ventoux, vers les Alpes de Hautes Provence et en Drôme Provençale.

L'occasion de repasser par le défilé de Trente-Pas emprunté il y a tout juste un mois avec mes deux émérites cyclistes.

 

Nous longeons aussi les contreforts du massif du Vercors, mais nous n'avons plus le temps d'y faire une incursion …

Voilà un bel objectif pour une prochaine virée découverte de notre jeune retraité !

2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …

 

Pour rentrer, c'est à nouveau les Cévennes par la superbe Nationale 106.

Les virages s’enchaînent toujours, plus ou moins larges, mais devenant particulièrement serrés dans l'ascension du col de Montmirat où nous avons la chance de pouvoir rapidement doubler un "petit train" emmené par un camping-car et pouvoir profiter ensuite d'une route dégagée.

 

Une nouvelle grosse alerte entre Mende et Saint Chély d'Apcher. En sortie de courbe nous nous retrouvons face à un véhicule en plein dépassement … Par chance (mais aussi saine anticipation), nous avions de la marge et c'est passé sans toucher, mais de peu …

 

Nous retrouvons enfin les Monts du Cantal que je n'ai jamais encore vus aussi jaunes. Toutes les prairies d'altitudes sont brûlées par le soleil, et seules les pâtures de vallées retrouvent un peu de verdure après les dernières pluies.

Inquiétant !

2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …
2000 bornes de virolos …

 

Ce dimanche matin, Christian repart vers Nantes après une nuit de repos pour les machines et les hommes.

En ce qui me concerne, il va falloir rapidement changer le pneu commandé par téléphone au cours de ce périple …

Il n'aurait pas fait une journée de plus à un tel rythme …

2000 bornes de virolos …

 

Quelques adresses à noter, et endroits à découvrir (liens pour chacun) :

 

Chez Raoul

34520 La Vacquerie

Un lieu motard très singulier conçu par un certain Laurent Guimard, un humaniste particulièrement actif dans le monde motard ...

 

Le Bistrot Larzac

34520 La Vacquerie

Un restaurant d'exception, tenu par un motard …

Probablement plus de 90% des produits en circuit particulièrement court, notamment pour les viandes et les vins.

 

Martine CASAZZA

48700 Serverette (entre Mende et Saint Chély d'Apcher)

Un lieu particulier, pain au levain, cuisine locale et chambre d'hôtes.

Nous nous sommes arrêtés pour un café, mais les odeurs émanant du fourneau étaient alléchantes !

Partager cet article
Repost0
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 10:48

 

Pour me rendre sur ce superbe circuit routier des Ardennes Namuroises à l'occasion du Belgian Classic Trophy, quelques détours pour saluer des amis, tenter d'améliorer ma culture générale, me souvenir de faits historiques ou de certaines de mes activités de jeunesse …

Ce rapide périple débute par Amiens où Marlène et Éric ne se contentent pas de fournir gîte et couvert, mais nous font découvrir le superbe spectacle de la cathédrale servant de support à des jeux de lumières fantasmagoriques.

En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …

 

En repartant vers l'est, sur la gauche, une tour particulière s'érige au milieu des champs. Un petit détour permet de se retrouver devant le mémorial australien dédié aux combattants des terres australes morts pour la France lors de la première guerre mondiale.

Matière à réflexion …

En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …

 

Un peu plus loin, un vieux souvenir en sortant d'Origny Sainte Benoite (02). Le lieu de ma première gamelle en moto, probablement en 1973 … La patte de de fixation du tambour avant de la CB 350 Honda s'était dévissée. Freinage brutal et impromptu et décrochage de la roue amplifié par un sol humide et gavé de boue de betteraves …

Mon frangin, Jean-Marie, passager alors que j'avais l'interdiction formelle de l'emmener, me dépasse les 4 fers en l'air, glissant sur mon sac à dos … Mais je suis reparti avec la bécane et une rotule fêlée … découverte plus tard !

 

Et si j'emprunte cette route, c'est pour revenir  sur un haut lieu de mon adolescence : le château de Guise, en chantier permanent sous la houlette du Club du Vieux Manoir !

J'en ai passé du temps dans ce vaste dédale de murs, de salles, de bastions, de souterrains, de ruines …

J'y ai appris nombre de techniques, mais aussi et surtout la vie en collectivité, le plaisir du don de soi, le travail d'équipe, l'entraide, le partage … et cela doit faire 45 ans que je n'y suis pas revenu !

Séquence nostalgie, mais aussi émotion en constatant la masse de travail réalisée et la présence des jeunes générations tout aussi motivées, joyeuses et disponibles !

En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …

 

J'en profite pour découvrir le Familistère de Guise que je n'avais jamais pris la peine d'approcher.

Impressionnante l'histoire et les réalisations de ce capitaine d'industrie, Jean-Baptiste André Godin, qui voue sa vie à l'expérimentation sociale, dans un 19ème siècle en pleine révolution industrielle en apportant éducation et hygiène dans le but d'offrir les conditions de l'émancipation des classes populaires.

Vaste programme d'une utopie jugée réussie !

En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …

 

Pour terminer ce périple, un rapide arrêt à la citadelle de Montmédy, un triste lieu de bien des guerres, mais une architecture grandiose, démesurée, initiée par Charles Quint !

En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …
En route pour Gedinne …

 

Il est temps maintenant de se propulser vers la frontière Belge, retrouver une sereine ambiance de motos et de copains …

Gedinne nous voici ! ! !

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 11:59

 

Samedi matin, je suis toujours en région parisienne chez mon frère.

 

Encore une nuit agitée, un réveil précoce, il faut que je m'aère l'esprit !

Je décide donc de partir vers Carole pour profiter du Championnat de France Superbike, revoir bien des têtes connues, me replonger dans cet univers grisant de la compétition.

 

Le jour pointe à peine que la moto ronronne vers sa première destination, la pompe à essence. Mais elle y reste de longues heures …

Un petit choc, une batterie morte, une succession d'avatars et me voici revenu à mon point de départ en début d'après-midi avec une batterie neuve à mettre en charge. Carole, c'est râpé !

 

Dimanche matin, même scénario de lever !

La météo est moins propice, mais je pars tout de même sur des routes humides et quelques crachins pour arriver à destination sans autres encombres que certaines amorces de glisse qui maintiennent bien éveillé !

 

Première rencontre, Philippe Neumann qui rentre d'un petit tour en vélo.

 

Ses yeux s'écarquillent de la surprise de me croiser ici et nous tombons dans les bras l'un de l'autre. Il s'empresse de retourner vers son camp de base pour faire la surprise à son pilote de fils, Steven.

L'émotion des retrouvailles après nos superbes 24 heures du Mans est forte !

 

Nous partons de concert sur le bord de la piste assister à la première empoignade de la journée, animée par les équilibristes en side-cars. Du grand spectacle même si le titre est déjà dévolu à l'équipage Delannoy/Rousseau.

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

Je me propulse ensuite vers un team connu puisque le Moto-Club Meymacois en est partenaire, le Yohann Moto Sport de Cédric Tangre, le Champion de France Supersport en titre. Si nous avons échangé fréquemment, nous ne nous connaissons pas physiquement !

L'occasion de découvrir l'équipe et particulièrement le père du pilote qui est encore absent du box pour l'instant.

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

Pendant ce temps, j'ai loupé le départ de la Honda CBR 500 Cup. Pourtant une "petite #49" y officie, porteuse du logo MP Racing …

Je ne connais pas non plus physiquement son pilote, Antoine Brémeau, mais nous avons souvent discuté aussi par le net.

Je l'observe donc sur la piste et l'attends à l'arrivée.

"Vénère" le garçon en descendant de sa moto, il en veut à l'un des autres compétiteurs qui semble s'être mal comporté …

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

Puis c'est au tour de la Yamaha #33 d'être apprêtée par un Philippe précis et attentionné, efficacement secondé par Jean-Michel, alors que Steven revêt sa combinaison et peaufine son équipement.

L'occasion aussi de faire connaissance avec la gent féminine de la famille Neumann, à savoir Isabelle et Maëlle, respectivement Maman et Sœur de notre pilote !

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

Sur la grille de départ du Supersport (600cc), Steven côtoie bien d'autres équipages que j'affectionne comme la Suzuki #1 de Cédric, ou les machines du GMT qui sont couvées par un team manager, Christophe Guyot, doublement attentionné … et pour cause, le pilote de la #94 n'est autre que son fils Rémi ! ! !

Nos pilotes sont bien entourés …

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

La course est interrompue suite à la chute du leader du Trophée Pirelli, Clément Stoll. Pendant cette pause inopinée, l'équipe s'active et Steven s'offre quelques facéties … dans sa concentration :

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

C'est enfin l'arrivée, euphorique, Steven est vainqueur !

Il me lance, dans une empoignade :

" Tu sais pour qui elle est celle-là ! "

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

La procédure du podium est extatique. Outre le résultat de Steven, Cédric termine à une superbe seconde place. Je suis comblé !

Mais l'émotion, encore contenue lors des propos précédents de Steven, se décuple lorsqu'il annonce au speaker qui l'interviewe :

" Ce podium c'est pour notre cuistot des 24 heures du Mans qui vient de nous quitter …"

Merci à toi, merci pour lui …

 

Cette double émotion de la victoire et du rappel de Maxime font s'embuer quelques yeux !

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

C'est ensuite la première manche du Superbike (1000cc) que je suis de loin. David Checa fait virevolter sa Yamaha #94 du GMT avec brio pour vaincre alors que le pauvre Greg est à la peine avec sa fantasque Kawasaki  #1.

 

Lors de la pause de midi, un superbe orage inonde le circuit. Le moment d'échanger avec Nathalie (MP Racing) qui vient de nous rejoindre …

 

La donne change complètement pour les courses suivantes.

 

En début d'après-midi j'observe avec attention la Honda CBR 500 Cup où officie "la petite #49".

En tête, ça bataille fort et le spectacle est grandiose.

Ornella Ongaro est déchaînée. Elle remonte avec maestria ses quelques prédécesseurs et s'empare rapidement de la tête, au prix de magnifiques glisses. Dans le peloton, Antoine Brémeau maintient sa place, avec fermeté mais sans fougue excessive. Un style coulé, particulièrement efficace sur cette patinoire …

 

Mais à ce rythme, la tête de course s'écrème sur des chutes successives et notre impulsif Antoine de ce matin s'est mué en un redoutable métronome. Et ça paye …

Il termine 3ème !

Son premier podium de la saison …

Et il s'écroule en pleurs sur son réservoir dans la pit-lane avant de savourer ces moments :

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

Chapeau "jeunot", tu le mérite ce podium et tu as certainement énormément appris dans ces instants ! ! !

 

Vient enfin la seconde manche de Supersport.

En ce qui concerne Cédric Tangre, le vainqueur, un CR spécifique est disponible sur le site du Moto-Club Meymacois (http://www.mc19meymac.com).

 

Quant à Steven il semble tendu. Pourtant, d'ordinaire, il apprécie et excelle dans les situations humides …

Mais il lui faut plusieurs tours avant de prendre son rythme et il perd rapidement du terrain. Il expliquera plus tard qu'il ne sentait pas du tout la moto au début.

 

En milieu de course, la situation évolue et les chronos descendent régulièrement. Mais il est trop tard pour refaire le retard et Steven termine 6ème de sa catégorie …

Avec toutefois une satisfaction : il signe le meilleur temps en course !

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !
FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

A noter, la superbe troisième place de Clément Stoll, notre blessé du matin. Malgré une épaule fortement endommagée, il termine sur le podium et préserve son avantage de leader de la catégorie :

FSBK à Carole – Les titres tombent et les émotions explosent !

 

La dernière manche du Superbike se déroule en deux temps.

 

David Checa a raté son départ et il lui faut plusieurs tours pour reprendre le commandement … avant d'être stoppé par un drapeau rouge.

En effet, une violente percussion se produit dans la ligne droite des stands. Perret (Yamaha #18), en pleine accélération vient s'encastrer dans la BMW #78 de Foray !

 

Contre toute attente, les deux pilotes se relèvent ! ! !

 

Un nouveau départ est donné pour 5 tours et Checa mène le bal, impérial.

En plus du podium, il s'adjuge aussi le titre de Champion de France Superbike.

 

Je quitte cette arène ressourcé, euphorique.

Je me coule dans un trafic dense avec une pensée émue pour ceux qui me suivent vers Cholet ou Albi et qui ne pourrons pas se faufiler !

Et pour couronner cette journée, j'arrive chez mon frère quelques minutes avant que la pluie ne se mette à tomber …

 

Un week-end qui avait mal démarré mais qui se termine plutôt bien ! ! !

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Patrice ou Div19
  • : Mes grandes virées en moto, dans la bonne humeur partagée entre amis.
  • Contact

Pages