Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 23:20

La traduction de l'article ci-dessous en LSF (Langue des Signes Française)
réalisée par ma nièce Manon (la sœur de Max)
est destinée à favoriser la compréhension des sourds ou malentendants !

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Mon précédent article a suscité beaucoup d'émotions.

 

Il était avant tout destiné au monde motard, à tous ceux qui connaissaient directement notre Max et aussi tous ceux qui suivent depuis des années nos aventures au travers de ce blog (n'est-ce pasShomi74, par exemple !).

L'information se diffusait, les appels et messages se multipliaient et il devenait d'autant plus difficile de répondre que la situation se dégradait …

 

Mais un autre effet s'est produit.

Cela a aussi permis d'informer notre très grande famille, éparpillée, pas toujours proche dans l'espace, soumise aux vies et contraintes de chacun.

Qui plus est, Sylvie et Laurent, les parents de Max limitent les appels, ne serait-ce que pour restreindre les vagues émotionnelles …

 

Comme j'ai pris l'engagement d'essayer d'aviser de l'évolution à certains, il m'a semblé judicieux que chacun puisse avoir accès aux nouvelles, avec l'aval des parents !

Ceci évite aussi les appels qui, bien que compréhensibles, sont sources d'un stress supplémentaire, particulièrement dans ces moments tendus par l'attente …

Je vous laisse imaginer les réactions lorsqu'un téléphone sonne …

Est-ce l'hôpital ? Pourquoi ?

 

 

Donc, après le choc majeur de mercredi dernier, la fabuleuse équipe de réanimation de l'hôpital de Mantes a fini par détecter son origine après un long travail digne d'une enquête policière pointue. Il s'agissait d'un effet pervers d'un des médicaments utilisé.

 

Ils se sont ensuite attelés à stabiliser les fonctions vitales en déclin (rénale, hépatique et cardiaque) et à remédier aux errements de la tension artérielle et de la température.

En ce qui concerne les reins, ils ne rétablissaient pas leur fonction de filtration.

 

Vendredi matin il est nécessaire de pratiquer une dialyse pour préserver Maxime.

Avec l'aval des parents et des deux sœurs, une première dialyse s'effectue immédiatement,  une seconde dimanche et une troisième la nuit dernière.

Pendant ce temps, les traitements destinés à accroitre et contrôler "l'endormissement" sont progressivement stoppés afin d'atteindre le prochain objectif : Un nouveau bilan neurologique.

 

Il sera pratiqué dans les heures ou jours à venir en fonction des capacités et réactions de Max qui est néanmoins toujours sous assistance respiratoire …

 

A plus tard donc !

 

P. S.

Pour ceux qui veulent revivre ou découvrir les aventures de "mes petits sourds" dans le monde de la moto et LE Max avec le "Tonton Barjot", voici quelques liens sur les articles du blog :

 

Aout 2009 – premières virées "d'homme" !

http://div19.over-blog.com/article-tribulations-d-un-jeune-motard-maxime-41675621.html

 

Petit balade en famille sur 2 fois deux roues !

http://div19.over-blog.com/article-boucles-de-la-seine-et-vallee-de-l-eure-53997870.html

 

Où Max fait des découvertes, réfléchit et accumule les bornes en motos !

http://div19.over-blog.com/article-fin-d-ete-chargee-58486784.html

 

Le premier Bol d'Or de Max !

http://div19.over-blog.com/article-le-bol-d-or-2011-d-un-adolescent-sourd-72073961.html

 

L'après Bol d'Or 2011 !

http://div19.over-blog.com/article-sourds-entendants-les-suites-du-bol-de-m-72236477.html

 

Salon de la moto 2011 avec Jean-Paul … des rencontres à gogo !

http://div19.over-blog.com/article-salon-de-la-moto-2011-surtout-des-rencon-91769164.html

 

Finale du Mondial Superbike … soleil motos et potes !

http://div19.over-blog.com/article-wsbk-2011-magny-cours-110165714.html

 

Pour la finale 2011 du Promosport, Max entraîne son Papa !

http://div19.over-blog.com/article-carole-finale-promosport-2011-110522192.html

 

Bol d'Or 2012 – Un accès VIP concocté par Max (et son Papa) !

http://div19.over-blog.com/article-bol-d-or-2012-encore-avec-max-112357567.html

 

Salon de la moto 2013 – Une brève apparition de Max et Laurent dans un (très long) article !

http://div19.over-blog.com/2013/12/salon-de-la-moto.-fin-du-premier-%C3%A9pisode-d-une-folle-histoire.html

 

Les premières vues des jeunes sur la moto. Nostalgie et envolée lyrique ! ! !

http://div19.over-blog.com/2014/06/mes-plus-fideles-passagers.html

 

Les cousins et cousines, dont Max et Manon, se partagent la moto de Tonton Barjot !

http://div19.over-blog.com/2014/07/enfants-et-moto-nostalgie.html

 

Dijon 2014 – Max est de la partie … et s'encanaille avec de nombreux Champions du Monde qui posent avec lui et discutent … Quel étonnement !

http://div19.over-blog.com/2014/07/une-fine-equipe-aux-coupes-moto-legende-et-pres-de-400-photos.html

 

Le début de l'apprenti cuisinier à Orléans !

http://div19.over-blog.com/2014/09/un-plaisir-enorme-bravo-maxime.html

 

Février 2016 – Une visite impromptue !

http://div19.over-blog.com/2016/02/mon-grand-max-le-retour.html

Max le bienheureux lors des 24 heures du Mans 2016 - Un repos bien mérité !

Max le bienheureux lors des 24 heures du Mans 2016 - Un repos bien mérité !

Et, enfin, cette fabuleuse semaine d'avril 2016 au Mans.

 

J'étais engagé dans un team et Max désirait assister à ces 24 Heures Moto.

Cruel dilemme ! Je ne pouvais pas m'occuper de lui sans trahir mes engagements …

Et la solution se fait jour : il vient passer la semaine avec nous pour vivre cette aventure de l'intérieur comme cuisinier du team MP Racing ! ! !

Nous le retrouvons en filigrane dans les comptes rendus de cette folle semaine, tour à tour cuisinier facétieux ou apprenti photographe, mais toujours enjoué et parfaitement intégré :

 

http://div19.over-blog.com/2016/04/aventures-mancelles-preambule.html

 

http://div19.over-blog.com/2016/04/aventures-mancelles-jour-1-7-lundi-4-avril.html

 

http://div19.over-blog.com/2016/04/aventures-mancelles-jour-2-7-mardi-5-avril.html

 

http://div19.over-blog.com/2016/04/aventures-mancelles-jour-3-7-mercredi-6-avril.html

 

http://div19.over-blog.com/2016/04/aventures-mancelles-jour-4-7-jeudi-7-avril.html

 

http://div19.over-blog.com/2016/04/aventures-mancelles-jour-5-7-vendredi-8-avril.html

 

http://div19.over-blog.com/2016/05/aventures-mancelles-jour-6-7-samedi-9-avril.html

 

http://div19.over-blog.com/2016/05/aventures-mancelles-jour-7-7-dimanche-10-avril.html

Partager cet article
Repost0
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 12:18

 

La traduction de l'article ci-dessous en LSF (Langue des Signes Française)
réalisée par ma nièce Manon (la sœur de Max)
est destinée à favoriser la compréhension des sourds ou malentendants !

 

Très absent du net depuis quelques semaines …

Même très absent de presque tout, obnubilé d'abord par quelques soucis personnels puis, surtout, par les nouvelles galères de mon neveu Maxime …

 

Cela fait près de 4 semaines qu'il lutte, dans son inconscience, après un grave accident de la vie.

 

Cela fait presque 4 semaines qu'il navigue entre SAMU, 3 hôpitaux et divers services afin de tenter de le maintenir en vie. Il "joue" avec nos nerfs, alternant les périodes de doutes tristes et profonds et les instants de désespoir …

 

Allez mon grand Max, on s'accroche ! ! !

 

Ce 10 juin, tu as du braver un ultime affront.

On t'a vilipendé dans un établissement public, devant ton patron, devant tes collègues de travail, au mépris du respect des règles du secret médical ou tout simplement de la moindre humanité, pour toi comme pour ta Maman. Elle s'échine depuis si longtemps à mettre en place des solutions viables et pérennes, se retrouvant trop souvent devant des murs d'incompréhension, voire de mépris !

 

Dans les jours suivants, d'autres soi-disant professionnels ont failli à leurs missions. Par simple confort, voir par l'attrait d'un chiffre d'affaire substantiel ? ? ?

 

Pour plagier un ancien ministre : Responsables ; Coupables ? ? ?

 

Il ne m'appartient pas de juger une éventuelle culpabilité, et je n'en ai pas l'envie …

Mais pour le reste, j'évoquerais plutôt l'irresponsabilité d'attitudes qui pourraient faire l'objet de qualificatifs issus de notre législation tels que "Mise en danger de la vie d'autrui" ou "Non-assistance à personne en danger" …

 

Mais heureusement, tu as aussi croisé des personnes qui t'ont fait confiance, qui ont su découvrir l'être admirable que tu es, chargé de bonté, toujours heureux de faire plaisir … Parmi ceux-ci, le patron des 3 Brasseurs à Orléans, et toute son équipe, qui t'a accepté en apprentissage de cuisine, donné ta chance, sans pitié, mais avec une grande humanité …

 

Dans nos tranches de vie commune, tu as aussi profité de la solidarité du monde motard.

Du copain à l'inconnu, du motard basique au champion du monde, ils ont été nombreux à te démontrer que tu existais, à t'intégrer dans leurs vies, à partager avec toi leur passion, voire nos délires …

 

Ces derniers jours, j'espère que tu as pu valider l'excellence des équipes qui s'occupent de toi (services de neurologie et de réanimation de l'hôpital de Mantes).

Mais aussi et surtout l'engagement indéfectible de tes proches, particulièrement de Maman et Papa, toujours présents, et de tes deux frangines se démenant pour t'offrir un maximum de confort, d'Amour …

 

Merci à toi Maxime de nous avoir tant donné ;

Merci à toi de tous ces moments exceptionnels vécus ensemble, même si parfois c'était difficile, tendu ;

Merci à toi pour cette bouille réjouie, si expressive, qui reste gravée dans ma mémoire et que j'ai hâte de revoir prochainement.

Merci à toi pour ce dernier gros câlin partagé sur ton lit de souffrances où, dans ton inconscience tu as su conforter ma confiance en toi.

 

Allez Maxime, accroche-toi !

 

Les médecins viennent de trouver l'une des probables raisons de l'alerte majeure de ces derniers jours.

Les heures qui viennent seront tendues ;

Les jours qui se profilent seront difficiles ;

Les mois prochains seront complexes ;

 

Nous sommes nombreux avec toi et nous avons aussi besoin de toi !

Alors bats-toi, tu n'es pas seul, loin de là !

Partager cet article
Repost0
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 15:58

 

Titre un tantinet provocateur, j'en conviens …

 

D'autant que Manon n'a pas de raison particulière de déambuler à Bordeaux, au moins à ma connaissance …

 

Mais non, elles arpente les trottoirs Bordelais pour la bonne cause, elle prête sa personnalité, ses prouesses, son engagement dans la vie active, au service de la communication des 9ème ABILYMPICS, le Championnat du Monde des métiers des personnes handicapées, qui se déroule à Bordeaux :

Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …

 

La voici donc, ma belle Manon dans sa tenue immaculée, jouant avec un haltère :

Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …

 

Un homme qui compte aussi pour elle est présent sur ces trottoirs. Il l'a prise sous son aile, c'est le cas de le dire, l'a entraîné dans la formidable aventure associative au service des autres, Ludovic Béjot, un aviateur émérite d'après Manon :

 

Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …

 

Et ils sont nombreux ainsi, avec des handicaps pas toujours visibles de prime abord, mais tous volontaires, actifs, intégrés, autant que faire se peut :

Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …
Ma nièce fait le trottoir à Bordeaux …

 

Merci à vous tous pour les leçons de courage, mais aussi d'humilité que vous savez nous offrir par vos prouesses, votre passion de la vie, votre respect de l'Autre !

Partager cet article
Repost0
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 17:57

 

Je traverse Paris juchée sur ma vieille mais fidèle Diversion la tête embrouillée de sentiments contradictoires …

Je suis tout à la joie de ma dernière rencontre en banlieue sud (cf. La rencontre physique … Enfin !), mais en même temps peiné de penser que c'est probablement la dernière fois que je déambule ainsi dans la capitale.

 

Dans quelques mois, ma pauvre Diversion sera ignominieusement bannie pour cause de pollution excessive …

Mais que pèsent les rejets de ma bécane face aux belles limousines de nos chers gouvernants et législateurs, surtout rapporté au ratio de la contamination par personne et par kilomètres parcourus ?

J'observe la circulation engluée de nombre de véhicules surdimensionnés et habités d'une seule personne. Comment puis-je polluer plus pour aller d'un point à un autre, même avec un moteur moins optimisé, alors que je me coule dans le trafic ?

 

Certainement un principe d'égalité que je ne maîtrise pas … ou un lissage par la capacité financière organisé par un pouvoir politique aux vues élitistes … ou peut-être légèrement corrompues, mais de plus en plus souvent déconnectées de réalités … qui ne sont que chimères puisqu'ils ne les vivent pas ! ! !

 

Mais heureusement, mon esprit est aussi farci de superbes moments dont les derniers sont alimentés par les souvenirs de l'hivernale des Millevaches.

Un lieu, un espace-temps à l'opposé de ces considérations négatives. Une ambiance de fraternité, de partage, d'acceptation de l'autre qui se déroule en décembre sur le remarquable plateau Corrézien des Millevaches …

Une superbe aventure où les volontés de chacun se confrontent, non pas pour imposer, interdire, mais organiser au mieux une oasis de convivialité adaptée aux désirs de tous … et où la démarche écologique est un des "fils rouge", pragmatique, efficace et adoptée par tous, à égalité !

 

Et cette rencontre hivernale vient d'être célébrée par l'entremise de notre ami Sato qui nous offre un nouveau visuel de la concentration (cf. Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !)

"Bivouac". La première du court-métrage !

 

Et c'est cette hivernale des Millevaches qui me pousse au cœur de la capitale en cette soirée encore froide.

 

Je suis convié à "Millevaches sur Seine", une manifestation organisée par Pierre Vinour, producteur et réalisateur de cinéma qui propose la première projection de son court métrage "Bivouac" réalisé lors de cette rencontre hivernale de quelques milliers de motards.

 

J'arrive devant la péniche "Petit Bain", arrimée au pied de la grande bibliothèque et presque face à Bercy, ce temple de la finance publique … qui semble s'abîmer dans la Seine à l'image de la dette colossale gérée (ou subie ?) dans ces locaux !

"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !

 

Et l'idée de cette salle de concerts n'est pas anodine car "Petit Bain" c'est aussi un restaurant, une entreprise d’insertion par l’activité économique, une coopérative …

Bref, un endroit où l'on partage les mêmes valeurs que sur le plateau des Millevaches !

 

De nombreuses motos sont déjà présentes et les troupes de la FFMC et de Moto-Magazine sont à l'ouvrage pour baliser le lieu.

 

Une discussion rapide avec Pierre, accaparé de toutes parts et l'occasion de faire la connaissance d'Aurélie Bordier avec qui je converse sur le net depuis quelques temps.

 

La pression monte. Les invités arrivent par vagues et s'agglutinent dans la salle de projection. Les origines sont multiples. Des personnes du spectacle, du cinéma, de la musique, des motards, des passionnés des Millevaches, … Mais ici, comme sur le plateau, ces diverses origines sociales sont lissées par le partage de la même passion de la découverte de "Bivouac".

"Bivouac". La première du court-métrage !

 

Nous devisons avec Bill, le président du Moto-Club Meymacois et quelques jeunes qui ont fait le déplacement lorsque Pierre et Aurélie montent sur la scène et prennent la parole, rapidement rejoints par Sasha Andrès, la seule comédienne du court métrage.

"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !

 

Puis c'est la projection.

"Bivouac". La première du court-métrage !

 

Pierre avait annoncé la couleur lors d'une précédente interview :

" Avec Bivouac, il s'agit là d'une fiction dramatique qui se déroule au sein de cette fête, c'est une vision poétique, fantastique de cet environnement si particulier"

 

Contrairement au précédent court-métrage de Fabrice Marquat "Les 1000 Vacches" également produit par "Les Enragés", ce n'est donc pas un reportage ou un documentaire, mais une vision différente qui fait tout de même un hommage appuyé aux organisateurs.

 

Je ne vais pas vous dévoiler ici l'histoire, mais plutôt mes sentiments.

Au travers de l'intrigue, je ressens toute la passion de Pierre pour sa terre, toute son admiration pour cette rencontre, toute sa ferveur face à la puissance de l'humanité dégagée.

 

Il traduit ses émotions par un pouvoir attractif fort, immatériel, quasiment mystique …

 

Les superbes images dévoilent des hommes aussi simples qu'actifs, de magnifiques paysages, une jeune et jolie femme perdue, à la recherche d'un Graal …

L'intrigue nous entraîne dans des questionnements, dans une vision aux multiples facettes, comme celle d'un kaléidoscope, le même sujet, mais des vues différentes, évoluant en permanence …

Et un dialogue entre Sasha et une participante m'a marqué tellement il traduit avec justesse ces quelques heures d'évasion sur le plateau :

"Tous ces mecs qui déambulent avec leurs rêves dans leurs têtes …"

 

Ces 16 minutes de projection sont ponctuées par des salves d'applaudissements et des réactions telles que :

"J'ai hâte d'y retourner, ça va être long d'attendre décembre" (un motard, convaincu bien sûr)

"Ca à l'air complétement fou, mais génial, quelle ambiance" (là, c'est un néophyte, subjugué).

 

Puis Pierre nous découvre un autre de ses talents, la musique et s'installe au clavier pour entamer un récital avec ses compagnons.

"Bivouac". La première du court-métrage !

 

Le concert débute par une autre nouveauté, une chanson créée spécialement pour l'occasion … et qui donne une bonne idée de l'intrigue du film :

 

Sur le bivouac

 

En fin d'après midi
J'ai fini par arriver sur la grande prairie enneigée
Guidée par les klaxons, les bruits de moteurs enragés.

 

Ils semblent tous bien se connaitre
Ils boivent des bières
En regardant les motos arriver
Allument des feux partout pour la soirée

 

Faudrait que je trouve un coin pour me poser
Je suis fatiguée

 

Dans la nuit étoilée
Je t'ai cherché
Sur le bivouac
Illuminé

Au milieu des campements
Des motards des fumées

 

Au milieu des hommes qui parlent
Des hommes qui marchent
Dans un rêve éveillé
Je t'ai cherché

 

Mais sur les cimes
Quelle envolée

 

Dans la ligne droite
Tes copains t'ont vu décoller

 

Dans la ligne droite
La plus belle envolée

 

Je t'ai cherché, cherché
Sur le bivouac illuminé
Mais je ne t'ai pas trouvé

 

© Valérie Boucher

Sur le bivouac

Texte : Valérie Boucher, musique : Pierre Vinour, interprétée par Nörd

Bela Spitznec (V. Boucher) : voix, Emmanuel Jambu : didgeridoo, Pierre Vinour : claviers, programmations

 

La soirée s'avance en discussion endiablées, par petits groupes, dans la salle, autour du bar ou sur le pont supérieur pour les fumeurs, dont Etienne et les jeunes du Moto-Club Meymacois.

"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !

 

La nuit est bien avancée et je dois quitter ce havre de paix, de communion.

Je salue rapidement chacun, mais m'attarde auprès de Sasha qui s'inquiète de ma remarque :

"Ce n'est pas sympa ce que tu provoques dans le film !"

Devant son étonnement surpris, je poursuis :

"Il va falloir aller aux Millevaches en Triumph maintenant si l'on veut se faire remarquer par la fille aux jolis yeux (une réflexion du film) …"

 

Voilà un départ dans la bonne humeur, sous les sourires !

 

Merci à vous tous pour cette excellente soirée.

Bien sûr Les Enragés (un nom qui me plait de plus en plus), Aurélie et Pierre ;

Les gropues Nörd et VERb'"

Jean-Marc de Moto-Mag et son équipe (Salut Titi !) ;

"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !

 

Bill et les (dignes ?) représentants du Moto-Club Meymacois, ainsi qu'Etienne ;

Mais aussi Laurent et Sylvie (un de mes frères et ma belle-sœur, parents de mes "petits" Manon et Maxime) qui ont fait le déplacement malgré une vie trépidante !

Désolé de n'avoir pas été beaucoup présent à vos côtés …

 

Et pour finir, quelques vues de la soirée et du concert issues de la page FB de Nörd :

"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !
"Bivouac". La première du court-métrage !

 

Ce DVD sera bientôt disponible à la vente selon des modalités de distribution en cours de définition.

Nous vous tiendrons informés, bien sûr !

Le DVD de Fabrice Marquat "Les 1000 Vacches" est toujours disponible auprès de Moto-Mag.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 05:54

 

Ce week-end, les 19 et 20 mars, c'est le Salon de Pecquencourt organisé par le Moto-Club du même nom !

 

Je n'aurai pas la prétention de vous présenter cette manifestation incontournable aux multiples facettes.

Expositions de motos modernes, anciennes, d'exceptions, d'accessoires, divers spectacles de hauts niveaux, Stunt et FMX ou concerts, bourse d'échange, marché de l'occasion, …

Bref, LA grand-messe de la moto dans le nord de la France.

 

Mais à cette occasion, vous aurez aussi la possibilité de côtoyer des hommes d'exception déjà présentés dans ces lignes.

 

Tout d'abord l'ami Etienne qui vous offre la vision de son nouveau jouet, la frêle et néanmoins rageuse Zaeta récemment gagnée lors d'un concours (cf. Une magnifique nouvelle … ).

Il n'existe que 4 exemplaires en France de cette œuvre ciselée par un maître italien …

Aux passionnés des Hauts de France …

La machine est soigneusement installée dans le camion !

 

Ils sont présents sur le stand de Moto News Magazine, LE magazine moto gratuit "fait par des motards pour des motards".

 

Un grand merci à l'infatigable Sébastien Virieux de ce magazine pour la transmission des photos de l'installation du stand :

 

Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …

 

Mais à Pecquencourt, prenez aussi quelques minutes pour admirer les superbes réalisations de l'aquarelliste Patrice Lemiègre dont vous pouvez découvrir le talent dans sa galerie.

 

Personnellement, je suis impressionné par la minutie du trait, la profondeur des couleurs, l'éclat des reflets, la justesse du mouvement, le souci du détail … par le rendu, la vie qu'il sait magnifier du bout de ses pinceaux !

En voici d'ailleurs quelques exemples :

Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …
Aux passionnés des Hauts de France …

 

Et pour terminer, une supplique à mes amis nordistes, et ils sont nombreux.

Saluez-les de ma part. Ainsi, je serai un peu plus avec vous, par la pensée …


Profitez bien !

 

 

Et un dernier ajout, La bête trône sur le stand de Moto News Magazine qui reçoit aussi Le Mig (Fabrice Miguet) et sa ZX10R de Road-Race ...

Aux passionnés des Hauts de France …
Partager cet article
Repost0
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 12:59

 

Si ma présence à Paris est engendrée par la première projection du film "Bivouac" relative à l'hivernale motarde des Millevaches, j'en profite pour quelques visites familiales ou motardes …

 

Et c'est ainsi que je me retrouve à Thiais (94) chez American Bikes

 

Devant la porte, ce n'est pas une imposante américaine qui trône, mais une frêle italienne, la Zaeta, bichonnée par son nouveau propriétaire, Etienne (cf. Une magnifique nouvelle …).

La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !

 

Puis je me trouve face à Olivier Moussard. Nous conversons régulièrement au travers du net, mais c'est notre première rencontre. Enfin presque puisque nous nous étions très rapidement croisés à Montlhéry lors du dernier Café Racer Festival.

Le large sourire, la franche poignée de main me confortent dans les sentiments forgés par claviers interposés !

Et cette impression est encore amplifiée par de rapides échanges de boutades et jeux de mots.

 

Puis je me trouve, enfin, dans l'antre de la démesure, devant des monstres rutilants, des bécanes conçues autour d'un gros V8, les fameuses BOSS HOSS :

La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !

 

Si ces machines existent depuis 25 ans aux USA et sont présentes an Allemagne depuis 20 ans, ce n'est qu'en 2012 qu'Olivier a pu les faire homologuer en France, à force d'abnégation et sous divers modèles propulsés par deux motorisations … de 5,7 l. ou 7,2 l. Une paille !

 

Et à deux roues, bien sûr, mais aussi à trois :

 

La rencontre physique … Enfin !

 

Mais ce phénomène d'Olivier me fait courir dans ses locaux, visiter coins et recoins … malgré son genou défectueux.

La passion du V8 est telle qu'il en existe un autre, en cours de réhabilitation, posé sur un châssis à 4 roues :

La rencontre physique … Enfin !

 

Dans un autre secteur, c'est un gros bloc Kawa qui siège sur un établi, enserré dans un superbe treillis signé … Georges Martin, excusez du peu !

 

Diverses motos "trainent", çà et là, en attente de quelques travaux, plus ou moins importants, ou tout simplement d'une âme charitable capable de leur faire prendre l'air …

Et dans tous ces projets, il y en a un dont j'ai hâte de voir la finalité.

Surtout avide de surveiller les réactions des amis du 1000 VX Club de France et de leurs célèbres Japauto …

Wait and see ! ! !

 

De retour dans le hall d'exposition, je dévisage une grande inconnue de la marque LITO, tout aussi ignorée. Ce constructeur canadien offre un magnifique modèle électrique, la Sora (ciel en japonais).

La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !

 

Et il est bien possible que nous puissions en disposer sous peu car Olivier se démène actuellement avec les procédures d'homologation pour la France.

 

Et pendant tout ce temps, nous devisons et je découvre que cet homme à l'approche affable et débonnaire est en fait une pile survoltée, sur de multiples fronts, avec de nombreux projets en cours de réalisations et encore plus d'idées …

 

Et il entraîne dans son sillage nombre de personnalités …dont un certain François, grand maître des matières et des formes complexes … que nous devrions bien retrouver prochainement avec certaines de ses œuvres uniques ! ! !

 

En final, je reviens vers la frêle Zaeta, une micro guêpe perdue dans un essaim d'énormes bourdons …

Mais quelle qualité de finitions pour cet engin minimaliste et particulièrement incisif !

La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !

 

Je m'empresse de chevaucher la belle … et j'ai l'impression de me retrouver en string ! ! !

A peine descendu de la Zaeta, j'enfourche la démentielle BOSS HOSS.

Le contraste est absolu, partout.

De l'écartement des bras et des jambes, comme à la poigne nécessaire pour la relever de sa béquille.

Le string a mué en culotte de plomb !

Mais un plomb étincelant sous les chromes et le délicat et profond pailletage de sa peinture.

 

En définitive, ma bonne vieille Diversion est une alternative largement éprouvée mais un pâle compromis entre ces extrêmes … pourtant bien attirantes, pour des raisons opposées !

La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !
La rencontre physique … Enfin !

 

Bonne nouvelle, je suis partageur, à l'image de tous ces potes.

Et ces merveilles ne sont pas réservées à un cercle restreint d'initiés …

Elles sont disponibles à une bien plus large population, celle des passionnés qui n'hésitent pas à chevaucher leurs destriers pour partir à la rencontre des autres …

Et, ce week-end, vous pourrez d'autant plus retrouver ces machines à La Ferté Allais, que la météo s'annonce superbe …

La rencontre physique … Enfin !

 

Alors, A ce samedi 12 mars ? A ce dimanche 13 mars?
A ce week-end ?

 

D'ailleurs, les motos sont en route :

La rencontre physique … Enfin !

 

Quant à la Boss Hoss, il y en a un qui a testé ses qualités et capacités. C'est l'inénarrable Lolo, Laurent Cochet … Pas si dur que ça apparemment !

Partager cet article
Repost0
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 10:40

Cela, moi aussi j'aurais voulu l'écrire …

Merci Éric de m'avoir adressé ce texte du Blogueur VINVIN !

 

 

 

LE BURN OUT FRANÇAIS ET NOS RÉSIGNATIONS.

 

J’ai atteint un tel niveau d’exaspération politique que j’ai l’impression d’être au bord du burn out. Chaque jour je prends directement dans le ventre la honteuse réalité.

 

 

Je vis dans un pays malade de partout, avec à sa tête des petits français, élus par la magie de tous nos renoncements, assis sur leurs privilèges, vidant les caisses à tour de rôle et à tours de bras sous nos yeux ébahis, se moquant allègrement de nos conversations et de nos avis, s’octroyant des primes, des salaires, des taux, des toits et des avantages généreux, inventant des lois scélérates sous la panique, chantant la Marseillaise au Congrès de Versailles, la larme à l’oeil entre deux mises en examen, désertant leur poste à l’Assemblée, démissionnant de leurs ministères pour retrouver leur mairie, profitant de leur poste, les yeux dans les yeux, pour placer l’oseille au frais, écrivant des livres de promesses malodorantes, courant de plateaux en plateaux pour déverser leurs éléments de langage, vidant le langage de tous ses éléments, bafouant la vérité au profit du profit, mentant le mardi pour se repentir le jeudi et se représenter le dimanche, la gueule enfarinée, rasant gratis et sans état d’âme, bénis par leurs camarades de promotion, coudes à coudes, soudés, calés dans les dorures, au son de la trompette républicaine lustrée par notre impôt massif et note dette souveraine.

 

 

J’ai la nausée, elle est là et elle ne me quitte plus, elle s’intensifie.

 

 

Je cherche des traces de l’intérêt général, je ne le trouve pas. Il a été noyé sous les partis, les syndicats, les associations, les lobbies, les groupes, les intérêts particuliers, les privilèges des uns qui font les bénéfices des autres. Le blocage est total, les verrous sont rouillés et les flambeurs continuent de parader devant six millions de chômeurs, une école qui se délite, une santé attardée, un indice de bonheur qui s’écroule au 29ème rang derrière le Qatar et une consommation d’anti dépresseurs qui fait le délice de nos laboratoires, eux aussi bien placés dans la course aux biens placés.

 

 

Je dégueule ma peine et je pisse dans un violon. Comme vous. Français impuissant à qui l’on fait croire tous les cinq ans qu’ils ont leur destin en main, comme des veaux qu’on mène à l’abattoir en leur caressant le flanc sous une musique douce pour faciliter l’anesthésie. Cinq ans à nous déchirer pendant qu’une petite bande de petits français joue avec nos vies, nos économies, nos rêves de bonheur simple et de paix sociale. De temps en temps ils nous filent un os à ronger, qui d’un mariage pour tous, qui d’une loi de renseignement, qui d’une déchéance ou d’une indignité, et nous sautons dessus comme prévu, en bons petits soldats.

 

 

Ils nous divisent à l’intérieur de nos familles, à l’heure où nous devrions plus que jamais nous aimer. Je suis écœuré et perdu, silencieux, tétanisé par le sentiment d’impuissance. Les gens comme moi n’appartiennent à aucun intérêt particulier, hors celui de vivre bien ensemble, sans se déchirer, sans se méfier les uns des autres, tranquillement vivants sans faire de vague. Mais ça ne se passe plus comme ça…

 

 

Cet hiver, l’un des nôtres est mort à trois cents mètres de l’Elysée. Je dis bien l’un des nôtres. Un membre du village, un cousin de cousin, certainement. On l’a laissé crever comme un rat aux pieds du Palais. Sans domicile. Pendant ce temps-là l’Élu assistait à des matchs de rugby et commémorait les chrysanthèmes, s’asseyait sur l’Histoire pour laisser une trace, de frein. Je n’en veux plus, de ces simulacres d’un temps passé et révolu.

 

 

Je ne veux plus d’un homme qui dit « moi je », il est temps que nous disions Nous. Aucune raison morale, technique et même de bon sens, qu’un seul homme du haut de ses petits arrangements entre amis, puisse décider d’envoyer le pays dans la guerre, et même de nommer la guerre, sans que nous, NOUS, ayons dit qu’il le pouvait. Aucune raison de modifier notre constitution sur l’autel de la peur. Aucune raison de prendre seul des responsabilités plus grandes que lui. Sommes-nous donc fous d’oublier sans cesse, de fermer les yeux, comme ces femmes battues qui voudraient fuir mais ne le peuvent pas, prisonnières d’une peur qui les paralyse ? Si peu de choix entre l’incompétence, la malhonnêteté et la résignation ?

 

 

Nous irons bientôt, en 2017, comme des moutons sous morphine, choisir entre trois personnages, glissant dans l’urne le nom d’un comédien, maquillé, média-trainé, porté par des intérêts qui nous sont étrangers. Le goût des jeux, même sans le pain, nous donnera quelques temps notre dose d’adrénaline et comblera notre sens du débat. Le lendemain, les trois quarts de la population auront la gueule de bois et retourneront tête baissée vaquer à leurs espoirs corrompus, jusqu’en 2022.

 

 

J’ai perdu le goût de ce cirque. Le pays est au bord du burn out et à la fin de cet article, je ne sais toujours pas ce que je peux faire. Cercle vicieux et vertigineux. Ce qui me fait peur, c’est ma propre résignation et cette colère stérile qui ne fait qu’engendrer de la colère stérile. À quel moment la somme de ces colères pourra-t-elle produire un son commun, un premier pas vers une remise au goût du jour de notre dignité ?

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 20:54

 

Un après-midi de la fin de l'été 2008, je rencontre Bill et une fameuse équipe du Moto-Club Meymacois à l'occasion de l'évaluation d'un projet : faire renaitre la concentration des Millevaches …

 

C'est le début, mais aussi la suite, de fabuleuses aventures, de rencontres magiques, de découvertes d'hommes d'exception, tellement différents, mais aussi animés par des valeurs fortes et partagées !

 

Et l'aventure des Millevaches démarre … en fanfare.

Nous estimions que pour la première, en 2009, si nous arrivions à réunir entre 300 et 500 motards, nous aurions rempli notre contrat.

Ils sont 1800 à se retrouver sur le plateau Corrézien, obligeant l'équipe à se surpasser la dernière semaine pour répondre au mieux à cet afflux inespéré …

 

Et dès 2009, pour cette première édition, Adrien de Mototribu est de la partie. Il publie le premier compte-rendu assorti d'un superbe historique de la mythique concentration. Et il nous suit sur chacune des sept éditions suivantes, participant ainsi très activement à la renommée grandissante de ce qui devient un évènement regroupant plusieurs milliers de passionnés chaque début d'hiver …

Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !

 

En 2014, je rencontre Pierre Vinour, producteur du court métrage "LES 1000 VACCHES" réalisé par Fabrice Marquat. Entrevue fugace lors de la première diffusion, mais des échanges de messages marquant un début de relation plus ample.

Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !

 

Cette même année, notre ami Dom', plus connu sous le nom de SATO intervient en tant que dessinateur de BD. Ce copain de longue date procure aux Millevaches, avec la complicité de Dargaud, de quoi organiser un concours bon enfant en fournissant 10 exemplaires des dernières aventures de "Steve Mc Twin".

Le Moto-Club Meymacois, ainsi que Mototribu d'ailleurs, participent de cette manière à la promotion de ce nouvel opus.

Des échanges de bon procédés … aux meilleurs profits de tous, dans la joie et le respect ! ! !

Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !

 

Lors de l'édition 2015, je converse longuement avec Pierre Vinour. De nombreux sujets sont évoqués, mais nous partageons essentiellement sur la dimension humaine de cette manifestation. Il est tellement ébahi par cette ambiance, cette chaleur (surtout au cœur de l'hiver) qu'il s'est attelé à la réalisation d'un nouveau court métrage … dont la première projection se profile vers le printemps !

 

SATO est aussi présent, bien qu'indirectement. Il a annoncé une surprise … Mais nous restons sur notre faim. A Noël, notre gaillard barbu vêtu de rouge n'a rien amené de l'autre versant du Massif Central !

 

Et si Adrien est dans nos pensées, Mototribu est, pour la première fois, en décalage. En effet, ce site est en semi-léthargie, pour des raisons personnelles …

 

Mais à la fin de cet hiver particulièrement doux, il n'y a pas que les bourgeons qui éclosent …

 

Pierre annonce la première projection de "BIVOUAC", le court métrage produit par Les Enragés :

Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !

 

Bivouac sur Seine, c'est à Paris, ce 10 mars et il est prudent de réserver (contact@lesenrages.com) :

Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !

 

Sato nous adresse son somptueux cadeau sous la forme d'un nouveau visuel de la fameuse hivernale, tout en établissant sa nouvelle signature pour une activité renouvelée (vous pouvez le joindre sur Sato-design, lui confier vos réalisations graphiques et profiter de son expertise et de ses conseils issus de ses travaux dans le monde de la moto bien sûr, mais aussi de l'aviation, de la voiture, de l'industrie, de la PLV, etc. …!) :

Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !

 

Adrien démontre son engagement, sa passion partagée, sous une forme légèrement différente, mais toujours aussi engagée. Mototribu n'était qu'en légère somnolence, très passagère et son réveil est aussi vivace qu'agréable et prometteur : La Preuve !

 

 

Et le Moto-Club Meymacois externalise pour la première fois sa revue interne pour annoncer ces évènements, offrir ces informations, partager son plaisir avec un maximum de personnes !

Découvrez là au travers de ce PDF téléchargeable !

 

 

Quelle symbiose, quel plaisir d'œuvrer ainsi aux bienfaits communs, dans le ménagement de toutes ces singularités …

Merci à vous tous pour tous ces instants magiques que nous savons construire ensemble et qui sont démontrés ici par cette action commune, guidée par le plaisir, l'efficacité et le respect …

 

Vue comme ça, n'est-elle pas belle la vie ?

 

Et pour clore cette missive, quelques vues proposées par Les Enragés :

Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Un paroxysme de fabuleuses aventures … humaines !
Partager cet article
Repost0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 20:46

 

Hier soir un message laconique de mon grand Max : "Tu fais quoi, ça ne va pas bien en ce moment, j'ai besoin de te voir".

Contact pris avec sa Maman et le "gamin", plutôt grand jeune homme, prend le train ce matin, un peu déçu que je vienne le chercher à Clermont-Ferrand en voiture plutôt qu'en moto !

 

Il devrait pourtant se faire une idée lorsqu'il prend cette photo du Puy de Dôme à l'approche de la gare de Clermont :

Mon grand Max ... Le retour !

 

En effet, pour moi la route du matin est parfois difficile. Et je profite peu du paysage noyé dans des brumes plus ou moins denses …

 

Si la neige est absente en ville, il découvre vite, en montant vers le col de la Ventouse que le décor évolue. L'occasion de sortir sous nouveau joujou numérique et de mitrailler allant jusqu'à surprendre un rapace apparemment frigorifié …

Mon grand Max ... Le retour !
Mon grand Max ... Le retour !
Mon grand Max ... Le retour !
Mon grand Max ... Le retour !
Mon grand Max ... Le retour !
Mon grand Max ... Le retour !
Mon grand Max ... Le retour !

 

Au fait, Maxime a fini par ne plus regretter la moto, même au niveau du froid :

Mon grand Max ... Le retour !

 

Mais nous devrions nous rattraper dans les jours à venir ! ! !

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 10:43
Meilleurs vœux pour cette nouvelle année !

 

Contrairement à ce qui se passe dans notre monde un peu bouleversé, je ne vote pas contre …

 

Mais pour :

  • De nombreuses retrouvailles ;
     
  • De belles balades ;
     
  • De simples mais bonnes ripailles ;
     
  • De nouveaux projets ;
     

 

Bref, pour encore de beaux moments de partage, de chaude amitié,
de franches rigolades, de superbes découvertes …

 

Que 2016 soit la meilleure année possible pour chacun d'entre vous ! ! !

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Patrice ou Div19
  • : Mes grandes virées en moto, dans la bonne humeur partagée entre amis.
  • Contact

Pages