Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 14:50
25 Août

 

Nous partons du relais de l'Armagnac de bon matin à la rencontre de Pascal qui arrive de Bretagne via les Landes sur son ZX12R. Si la brume, puis le brouillard nous gênent sur la route, nous subissons ces aléas climatiques avec philosophie . Ce sont des signes de bon augure pour la suite de la journée. 

 
DSCN5648.jpg

     



Placée comme ça, La Div est bien visible pour notre breton. En fait il nous cherchera dans un village voisin ! ! ! 
Merci les portables.

 

 



Le rendez-vous est fixé à Roquefort (pas celui du fromage, celui des Landes). Nous arrivons les premiers et nous installons devant un café. Une demi-heure plus tard, Pascal nous rejoint et nous repartons de concert vers le circuit de Nogaro pour y retrouver Blanco et son équipe.

 

La première série de qualifs de la coupe Kawa se passe mal. La piste est mouillée et Julien (#7) part en pneu pluie à l'avant. Au cours du premier tour, sous un rayon de soleil allié à un léger vent, le revêtement sèche sur les trajectoires. Julien rentre alors au stand pour changer de pneu, mais il a à peine fait un tour qu'une légère bruine survient. Blanco (team manager, mécano, etc … de la #7) est dans tous ses états. Il se reproche de ne pas avoir fait les bons choix et d'être "le seul responsable de la contre-performance enregistrée". Pour nous, la vision est différente. Les prévisions météo étaient bonnes et nous avons eu 2 petites ondées fugaces juste à ce moment. Elles sont tombées sur le circuit mais auraient aussi bien pu l'épargner. De toute façon, une autre séance a lieu dans l'après midi et Julien est gonflé à bloc. 

 nog1.jpg





Ambiance humide,

Attaque timide,
Voila que je me prend pour un poéte maintenant.






Après ces premiers essais, désireux de découvrir aussi le région, nous partons balader avec un seul objectif : Ecumer les routes bordées de vert sur la carte Michelin (cela ne veut pas dire qu'elles sont réservées aux Kawa). Et là, le régal. Des routes viroleuses à souhait, une campagne luxuriante, de charmants villages aux architectures typiques. Un enchantement pour commencer à découvrir cette région qu'aucun de nous ne connaissait.

 

En fin d'après midi, la seconde séance est profitable à Julien, et nous retrouvons le Blanco des grands jours. Heureux, euphorique et confiant pour le lendemain. La meilleure preuve de cette bonne humeur retrouvée réside dans ses propos. Ulrich lui explique le périple Pyrénéen concocté par DD07 et son enthousiasme à pouvoir arrondir ses pneus. En réponse, la douche glacée de Blanco : " Mon pauvre, tu es tombé sur les trois plus gros enc**** du Repaire. Tu as vraiment le moral " ! ! !

 

Pendant la soirée et au petit déjeuner, nous partageons d'agréables moments avec d'autres compétiteurs. Un jeune de la coupe Kawa qui se fait "booster" vertement par son manager, un moins jeune que nous admirerons le lendemain sur sa TZ et Fabrice Dufresne, qui concourt en monobike. 

Ce dernier nous explique comment il essaye de concilier sa passion et ses engagements familiaux de jeune papa. Sa moto n'est pas bien réglée et il ne se fait aucune illusion sur ses capacités de résultats. Mais il sait qu'il va se faire plaisir. Une belle leçon de foi, d'humilité et de bonne humeur.

 

Voici d'ailleurs les coordonnées d'une adresse à retenir :

Le Relais de l'Armagnac

 

rte Nogaro 32110 Luppé Violles

.05 62 08 95 22
fax : .05 62 08 95 55

Mail :   contact@lerelaisdelarmagnac.com

 

25 Août

 

le temps est superbe, même trop chaud, et nous recherchons l'ombre toute la journée. Eric, des Landes nous précède de quelques minutes. Il vient d'arriver sur son FJR accompagné d'un pote sur R1.

 

L'équipe de la #7 est sous pression. Nous ne nous attardons donc pas vers le stand. En fin de matinée le deuxième homme vert nous rejoint : Enrico. Après avoir vu les courses de la matinée, nous partageons tous ensemble un repas au snack de ce circuit nouvellement réaménagé (équipe fort sympathique et rapport qualité/prix des plus correct).

Chaque course nous fournit son lot de spectacle parfois époustouflant. Ulrich, qui vit sa première compétition en direct, est abasourdi par les angles, les passages en force (mais corrects), les freinages de trappeurs, etc.

 

Lors de la course monobike Fabrice Dufresne garde longtemps le contact avec les deux premiers, puis les laisse s'échapper peu à peu. La représentation qu'ils nous offrent est impressionnante. Pendant le tour d'honneur Fabrice nous aperçoit dans les gradins (nous devions être très agités). Il répond avec ferveur à nos saluts et signes divers. Qu'il en soit remercié ici.

 

Nous sommes bien sûr beaucoup plus attentifs à la coupe Kawa. Trois compétiteurs nous procurent d'autant plus d'adrénaline que l'un d'eux est Julien Domec. Ces 3 furieux se battent en tête et se passent chacun leur tour. Au freinage, en intérieur, à l'extérieur, en sortie de courbe, toute occasion est bonne. Dans le dernier tour, Julien prend la tête sur un freinage mais reperd cette place dans la courbe. Il est troisième à l'arrivée, dans un mouchoir de poche (0,353 secondes séparent Mickaël Varesco de Charles Geers, les deux autres protagonistes de ce super baston animé et courtois).

 

NOG5-copie-1.jpg
 





















Ah, admire ces trois tétus,
Ils ne vont pas comme des tortues.
Le semblant de poésie continue. Est-ce que sa se soigne docteur ?

Nous retrouvons toute l'équipe au stand. Le team reçoit ses partenaires autour d'une table fort prometteuse. La suite de notre périple nous réclamant, nous ne nous attardons pas. Nous félicitons Julien et le remercions pour ce spectacle dantesque.

 

Nous laissons Enrico dans cette marée verte qui lui va si bien. Eric nous accompagne jusqu'au Relais de l'Armagnac (quel nom évocateur) puis retourne vers chez lui.

 

Nous rechargeons les motos et nous nous propulsons au pied des Pyrénées afin de continuer notre périple.

 

1, 2 et 3 Septembre

 

Nous partons de Saint Martin d'Ardèche le vendredi en début d'après midi avec DD07 bien sûr, mais aussi Patricia qui se remet à la moto depuis quelques mois et piaffe de faire rouler son 600 CBR. Elle est accompagnée de son fiston (13 ans) Damien.

dd-patricia.JPG



La voilà notre super Patricia, toute heureuse d'user sa nouvelle (tout en étant ancienne - la moto bien sûr) CBR.






Une première halte est opérée à Uzès qui nous offre, outre son architecture, l'accès à l'usine Haribo. En effet, nous avons prévu d'alimenter le team de Blanco de sa drogue favorite ! ! !

 

La soirée se déroule agréablement autour de la table préparée par Annie.

 

Le samedi, en milieu d'après midi, l'arrivée au circuit de Lédenon est épique. Nous tentons de parlementer avec le cerbère de service pour éviter de payer un week-end complet alors que nous ne faisons qu'une visite rapide au stand. Aucune négociation n'étant possible, nous déboursons nos 15 Euros par personne. L'organisation étant royale, Damien n'est pas assujetti à ce que nous percevons comme du racket, surtout après l'expérience du week-end précédent à Nogaro ou seul l'accès au toilettes était payant (il est vrai qu'ils n'étaient pas bouchés et débordant comme à Lédenon)..

 

Seconde douche froide, nous rencontrons Blanco qui déambule dans les allées. Il nous accompagne au stand ou nous assurons notre livraison de sucreries. L'ambiance est délétère et il nous fait comprendre qu'il vaut mieux éviter de rester dans les parages. Il semble que la motivation de Julien ne soit pas excellente et les premiers résultats sont d'autant moins bons que le temps passé sur la piste est considérablement réduit (exclusivement du fait du pilote qui rentre au stand rapidement)

 

Nous retrouvons quelques membres du RMS qui, comme nous, pestent contre la pratique tarifaire de ce circuit. Payer 8 Euros pour rendre une visite et rester moins de deux heures sur le circuit restent en travers de la gorge.

 
LED3.jpg




Nous trouvons tout de même de jolies anciennes dans le paddock. Et oui, encore une verte !






Malgré cette rage contenue, nous sommes devenus poètes et avons concocté les vers suivants :

"Nogaro, c'est tout bon ;

  Lédenon, piège à c**."

 

Le repas du soir se présente joyeusement à Bourg chez Patricia qui nous a concocté quelques spécialités. A un moment, elle a cru avoir laissé brûler son plat mais il n'en était rien. Nous en avons profité pour la railler largement et constater les améliorations de ses talents culinaires ! ! !

 

Dimanche, toujours avec un temps superbe, nous nous régalons de toutes ces courses de Promosport.

 

En ce qui concerne la coupe Kawa, nous sommes frustrés. Julien a décidé d'être forfait. Il expliquera rapidement ses motivations à DD, mais nous avons beaucoup de mal à comprendre ce désengagement tardif puisqu'il ne reste que deux courses et que le titre est toujours jouable.

 

Nous essayons de réconforter un Blanco triste et désabusé. En vain. Tous ses investissements sont réduit à néant. Toute sa foi est clouée au pilori. Toute sa passion est trahie.

 

Il ne nous restent qu'a lui témoigner notre affection, à l'accompagner dans sa détresse. Nous sommes désemparés de le voir ainsi et de nous sentir si impuissants.

LED4.jpg




Et celle là qui nous a fait bien pensé à notre ami Serge de Metz, même si la sienne est rouge.

 





Le retour est triste. Tant de questions sans réponses. Tant d'interrogations et d'incompréhensions.

 

Lundi midi, il est temps pour moi de clore ce chapitre. La météo est parfaite, et mon retour vers mes montagnes se déroule agréablement.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 14:42
26 Août

 

DD07 sur la Versys, Pascal avec son ZX12R, Ulrich avec son R6 et moi-même en Diversion sommes au départ de Nogaro en milieu d'après midi, direction Bilhères en Ossau.

 

En arrivant sur Pau, pause essence et petit coup de fil au gîte que nous avons retenu. Vu l'heure, notre interlocuteur nous suggère de nous restaurer en route. Nous sommes ses seuls clients ce soir et cela lui facilite la vie. Arrêt à la cafétéria Casino qui nous offre une magnifique terrasse avec vue sur les motos chargées. En fait, la chaleur résiduelle de cette fin de journée nous entraîne à nous replier rapidement dans la fraîcheur climatisée de l'intérieur.

 

Les montagnes se dessinent en ombres chinoises face à nous et nous piaffons d'aller en découdre.

 

L'arrivée à l'auberge du chemin de Perchades en vallée d'Ossau se fait à la nuit tombante après une petite erreur d'itinéraire vite réparée. L'endroit est charmeur et l'accueil de Jean-Marc chaleureux. Il est également motard (Fazer 600). La bière bien fraîche qu'il nous offre nous désaltère promptement après 
les touffeurs endurées.

JM3.jpg



La vue, de la terrasse du gîte. La féérie de la montagne, le grand air dans un univers grandiose.

 






Nous débattons de nos projets pour le lendemain et notre hôte nous fait part de sa connaissance de la région, des agréments ou inconvénients de telle ou telle route. Nous réévaluons notre programme en fonction de ces informations.

 

27 Août

  
J-1-1-.jpg

Après un balade matinale dans le village pour Pascal et moi, et un solide petit déjeuner, Jean-Marc nous propose de faire le début du périple avec nous. En partant du principe que "plus on est de fous, plus on rit" nous acceptons sans ambages.

 

Passage à Arudy pour les pleins et D918 vers Arette. Jolie petite route serpentant dans les sous-bois mais au revêtement parfois aléatoire. Jean-Marc est timide et pour cause. Sa dernière chute était sur cette portion, en sortie de virage glissant. De toute façon, nous profitons du paysage et attendons que Ulrich estime que ses nouveaux bigommes soient en température (Il s'agit bien sûr d'une boutade qui fait suite à un post sur le Repaire. Je rappelle qu'il est jeune permis et qu'il fait son apprentissage avec de vieux briscards vicieux, pour plagier Blanco).

 

Après la sacro-sainte pose café, attaque de la D132 vers le col de la Pierre Saint Martin. Quand je dis attaque, ce n'est pas un vain mot. Je ne sais pas si c'est du fait de ce nom évocateur de son domicile, mais DD07 part comme une fusée (noire celle là, hein Tahiti). Un second bolide tout aussi noir (le ZX12) part en chasse derrière. Avec Ulrich, nous enroulons posément derrière Jean-Marc. Vous remarquerez que nous savons vivre, nous. Quel manque de tact d'abandonner ainsi le local de l'étape ! ! !
JM6.jpg

 




Jean-Marc, moi derrière l'arbre et Ulrich dans l'épingle. Dédé avait pris suffisament d'avance pour prendre ces photos ! 






Le temps est clair, il ne fait pas encore trop chaud, les paysages sont somptueux, et le revêtement nickel, hormis les bouses semées ça et là. Au sommet, Petite pause pour dire au revoir à Jean-Marc et écouter le récit de nos deux compétiteurs de choc. Il semblerait que Pascal ait légèrement calmé le jeu après avoir vu la Versys dans une position limite. L'ardeur dans cette ascension s'est trouvée tempérée ! ! !
JM11.jpg


Avant de repartir, Jean-Marc prend cette photo du groupe, au col de la Pierre Saint Martin. Dans l'ordre, Dédé l'Ardéchois, Pascal le Breton, Ulrich le Parisien et Patrice le Corrézien. Ces quatre plaques tellement différentes, mais ensemble ont engendré de nombreuses questions tout au long de notre périple.

  

Passage en Espagne, province de Navarre, sur la NA1370 et pause forcée derrière un troupeau de moutons qui utilise la totalité de la route pour changer d'herbage.DSCN5691.jpg





Nous attendons sagement notre tour. Détail de cette route : la courbe à gauche va se prolonger pour nous ramener en dessous de ce passage.

 





A Isaban, nous empruntons la magnifique NA 140. Sur un bitume parfait, nous enroulons gentiment d'une vallée à l'autre. Les délires se poursuivent à chaque arrêt. Nous nous arrêtons pour manger et devons attendre une demi heure. En effet, les habitudes hispaniques diffèrent des nôtre et nous l'avions oublié.
DSCN5705.jpg


Les motos nous attendent sagement à l'ombre pendant que nous nous restaurons dans ce charmant village.

 







Au bout de cette route, nous empruntons la N135 vers Roncesvalles puis retour en France à Arnéguy ou nous empruntons la D933 jusqu'à Saint Jean Pied de Port.
  

DSCN5720.jpg 


Charmante cité dont nous avons peu profité. La chaleur est telle que nous nous empressons de retrouver un petit peu d'altitude.







La chaleur est maintenant torride et nous en profitons pour faire une pause avant de repartir vers Bilhères.

 

Ensuite, D918 et col d'Osquich. Les vues alternatives sur les deux versants  sont enchanteresses. Nous continuons par Mauléon, Aramits, Oloron Sainte Marie.

 

La fin de cette journée se ponctue sur la N134 jusqu'à Herrere puis la D920 vers Izeste et enfin retour vers le gîte de Bilhères en Ossau. Jean-Marc nous y attend avec un bon dîner et nous ne tardons pas trop à partir nous coucher, après quelques âneries et l'entretien des machines.
JM1.jpg
 






Repos et détente le soir sur la terrasse du gîte. 






Voici les coordonnées de ce gîte. Outre ses capacités motardes, Jean-Marc est aussi un fervent de montagne (accompagnateur), de randos à pieds ou en VTT.

 

www.gite-ossau.com

 

 28 Août

  
J-2-1-.jpg

Nous rechargeons les motos pour nous mouvoir vers d'autres lieux. Cette étape s'annonce mythique. Avec une météo de rêve nous allons emprunter tous les grands cols mis à l'honneur par d'autres 2 roues au cours de la "grande boucle".

 

Départ par la D924 vers Laruns, puis la D918 par Eaux Bonnes, Gourette, le col d'Aubisque, le col du Soulor et Argelés Gazost. Les paysages sont grandioses et nous en profitons d'autant plus que la route est loin d'être en très bon état.  DSCN5742.jpg






De l'Aubisque, la perspective est impressionnante et le paysage grandiose. 





A l'attaque de la montagne, nous découvrons un immense panneau qui nous annonce que nous pénétrons dans une zone pastorale ou les animaux sont en liberté. Non habitué à cette "culture", nous comprenons mieux ce que nous avons vécu la veille.

 

Ensuite, D921 par les gorges de Luz puis, à Luz Saint Sauveur, la D918. Une pause au col du Tourmalet pour immortaliser le moment et admirer le Pic de Midi de Bigorre (2855 m.). Au début de cette descente, pause déjeuner, en terrasse, à La Mongie. Nous vous recommandons l'endroit : 
"Irish pub – Le Killarney – 05.62.91.99.24".

 DSCN5753.jpg






La valeureuse Versys de Dédé prend la pause devant le géant des pyrénées française qui culmine à 2855 m.






La journée se poursuit par un passage par Sainte Marie de Campan puis l'ascension du col d'Aspin et la plongée sur Arreau dans la vallée d'Aure.

Nous empruntons ensuite le D618 vers Bourdères-Louron, le col de Peyresourde et Bagnères de Luchon. Le périple continue par la D618a, le col du Portillon et un passage en Espagne sur la N141 jusqu'à Bossost. Il est drôle de constater comment les deux pays ont parfaitement refait les quelques kilomètres de route de chaque côté de la frontière. Dommage que nous n'ayons pas eu le même billard partout !

 DSCN5779.jpg




Ulrich a la maneuvre dans la descente du col de Peyresourde. Il prend tant de plaisir, à chaque arrêt, dans la vérification de la fonte régulière de la "bande de peur". Les bonsommes Michelin n'ont plus ni mains, ni têtes.



Nous empruntons la N230 jusqu'à Pont du roi ou nous retrouvons N125 française vers Saint Béat.

 

La D618 nous emmène vers les cols des Ares puis du Portet d'Aspet pour enfin dévaler sur Castillon par la D4.

 

Une légère erreur de navigation nous retarde d'un quart d'heure, mais nous retrouvons rapidement la vallée de Bethemale (D17) vers Seix (non il n'y a pas de faute de frappe) et dans la vallée, la D3 vers  Oust et Soueix puis la D618 vers Massat.

 

Rapidement, nous trouvons les panneaux qui nous guident vers le gîte de La Bernadole. Heureusement que ce panneautage est fort bien fait car la toute petite route tortueuse se termine en piste. Entre la fatigue et la typologie de nos machines, le final est dantesque.

 

Si nous vous communiquons les coordonnées de ce gîte, nous en gardons un souvenir mitigé. L'accueil est agréable, l'environnement sublime (Ulrich n'a pas trouver une maison en vue) et la nourriture savoureuse. Néanmoins, nous avons payé 10% plus cher qu'en hôtel à Nogaro, alors que les services sont diamétralement opposés (pas de choix de menus, pas de linge de lit et de toilette, etc …).

 

www.pyrenees-gites.com

 

29 Août

  
J-3-1-.jpg

Après la petite route, nous reprenons la D618 vers Massat, le col de Port et Tarascon sur Ariège ou nous faisons notre halte café pour dire au revoir à Ulrich qui rentre retrouver sa petite famille.

 DSCN5794.jpg





Le dernier café tous ensemble à Tarascon sur Ariège. Il fait toujours beau, mais ça ne va pas durer pour tout le monde. N'est-ce pas Pascal ?




Les trois motos restantes s'engagent sur la N20 vers Ax les thermes, la frontière, la N22 par le Pas de la Case et la CG22 pour Andorre. Un léger brouillard et une petite bruine nous accompagnent. Toutefois, insuffisamment pour revêtir les tenues de pluie.

 

DD et Pascal auscultent les magasins spécialisés et je cherche un pneu arrière. Les tarifs ne sont pas compétitifs et les délais trop longs donc j'en changerai plus tard.

 

Après avoir trouvé une visière, Pascal nous quitte pour retourner vers sa Bretagne et les rentrées scolaires de ses enfants.

 

Avec DD, nous passons en Espagne (NA145) vers Seo de Urgel ou nous prenons la N260 dans la vallée du El Segre. Cette portion très roulante nous projette à Puigcerda et la frontière.

 

N116 pour Mont Louis et D118, col de la Quillane, Formiguères et Puyvalador. Le temps se bouche et de nombreux nuages montent de la vallée. Nous décidons tout de même de continuer l'itinéraire prévu.

 

De là, D16 vers Querigut puis D25. L'ascension du port de Pailhères s'avère la section la plus éprouvante de notre périple. Le brouillard s'épaissit et la visibilité se réduit à une vingtaine de mètres. La route est très étroite et les épingles serrées s'enchaînent. Chacun sous notre casque, nous avons la même pensée pour Ulrich. Le rayon de braquage de la R6 est tel qu'il aurait dû manœuvrer dans chaque épingle.

 

A chaque 180° je m'arrête pour vérifier qu'aucun véhicule ne descend. Bien m'en prend. Deux paires de lumières apparaissent pour ce qui semble être un camion en anti-brouillard relativement lointain. En fait c'était une voiture à moins de 20 mètres, heureusement au pas ! ! !

 

Sur le plateau DD a pitié de moi et prend le relais de l'ouverture. Sage décision qui me permet de me décontracter un petit peu. Il paraît que la vue de cet endroit est admirable. Il faudra y retourner.

 

Dans la descente sur Ax les Thermes, nous croisons de nombreux cyclistes qui prennent les traces du dernier Tour de France. Ils ne savent pas vers quelle galère ils se dirigent.

DSCN5803.jpg




Ax les thermes n'usurpe pas son qualificatif. Ici les passants prennent un bain de pied en choisissant son endroit pour la température. L'eau arrive à 77° !





Nous reprenons ensuite la D613 pour Belcaire et notre objectif, Puivert.

 

Nous sommes de nouveau accueillis par un motard (BMW GS) Michel et sa compagne Françoise. A l'instar du dernier gîte, nous recommandons chaudement cette étape bien agréable. De plus, Michel exerce une activité particulière. Il conçoit et réalise toute sorte de marionnettes. En même temps que son atelier, nous découvrons un passionné qui nous présente ses œuvres et nous expliquent quelques rudiments de son travail.

 DSCN5808.jpg







Françoise et Michel tout souriants devant le gîte. Evidemment, comme d'habitude, je dois leur raconter des âneries.




Des contacts téléphoniques nous permettent de savoir que Ulrich est bien arrivé et que Pascal se débat sous des orages. Il arrivera finalement en Bretagne vers 2H00 le lendemain matin. Très dure journée pour lui.

 

www.gite-puivert.com

 

30 Août

  
J-4-1--copie-1.jpg

Nous rejoignons Quillan par la D613, puis l'éblouissant défilé de Pierre Lys (D117). Le soleil du matin met en relief les taches jaunes et orangées de la roche pour donner une luminosité très particulière.

 

A Saint Paul de Fenouillet, une petite place abritée de platanes nous permet de prendre notre café en plein air. Ensuite, nous empruntons le D7 et nous engouffrons dans les gorges de Galamus. Le nom de gorges n'est pas usurpé. L'étroite route, taillée dans la roche, serpente le long de la paroi. La Tramontane soufflant ce jour là, les coups de vent amplifiés par l'étroitesse du site étaient à la limite de nous coucher.

 DSCN5814.jpg





Séance photos dans les gorges de Galamus. C'est en faisant demi tour dans le virage du fond que j'ai failli chuter, poussé par le vent.




Nous rejoignons la D14 en direction du château de Peyrepertuse puis de Cucugnan. De ce magnifique village, nous pouvons découvrir l'imposant château de Quéribus. Cette architecture des forteresses Cathares nous rappelle un pan difficile de l'histoire.

 

A Padern, la D410 nous entraîne dans les gorges du Torgan. Une déviation nous oblige à emprunter le col de Ferréol pour rejoindre Félines.

 

De là, la D613 nous envoie au col de Villerouge puis la D23 à Lagrasse. Ensuite les D212 et D611 nous emméne à Lézignan pour sustenter nos montures.

 

Les pleins faits, un petit bout de D611 nous permet de redescendre par la D124 le long (et parfois en contrebas) du Canal du Midi. Nous passons Argens-Minervois, Roubia, Saint Nazaire d'Aude pour rejoindre Le Somail par la D207. A cet endroit, DD me fait découvrir une particularité architecturale. La chapelle est bâtie en porte-à-faux sur le pont qui enjambe le canal. Le temps est clément malgré un vent persistant, mais nous pouvons tout de même nous restaurer en terrasse et admirer tous ces bateaux à la manœuvre.

 DSCN5822.jpg







La chapelle et le pont ne font qu'un.






Nous repartons par la D607, Mierppeisset, D5 La Croisade, D36 Cégazan, N112 Saint Chinian, les super virolos du défilé de l'Ilouvre, Saint Pons de Thomiéres puis d908 Olargues et bédarieux. La Diversion commence a réagir bizarrement et je m'arrête de temps en temps pour vérifier le pneu arrière. Depuis la veille, nous n'avons pas pu en changer et il commence à donner d'alarmant signes de fatigue.

 

Ensuite, la D36 nous permet de remonter la vallée de l'Orb jusqu'au bousquet d'Orb puis la D35 pour Lodève ou nous pouvons nous rafraîchir.

 

Nous continuons a arpenter ces contreforts des Cévennes vers Saint Pierre de la Fage et à Madières pour Montardier par la D48 jusqu'à Le Vigan et D999 pour Ganges. Cette variante nous permet de découvrir une route encore inconnue. En fait, nous préférons la route directe (D25) vers Ganges.

 

A Saint Hippolyte du Fort, nous décidons de minimiser les détours du fait de mon inquiétude pour mon pneu qui se dégrade maintenant rapidement. Nous continuons donc par la D982 pour Anduze et la D910a pour Alés. Nous en profitons pour faire le dernier plein. Nous approchons maintenant du but et je vérifie mon pneu. Stupeur, la corde apparaît à certains endroits et il est 18H45. Nous filons au rond point suivant chez le concessionnaire Yamaha Cévennes Motos. L'atelier est fermé et le personnel rentre les dernières motos en magasin.

 

J'explique ma situation et le responsable me tance vertement. Il ne comprend pas, à juste titre, que je m'y prenne au dernier moment. Néanmoins, un jeune employé, belge, vérifie la présence d'une béquille centrale et me propose de changer mon pneu. Je vais pouvoir faire baver Ulrich. Je me retrouve avec un beau bigomme ! ! !

 

Je profite de ces lignes pour remercier à nouveau les personnels de cette concession. Sans langue de bois, ils ont assurés un service auquel je ne croyais pas, même si je l'ai tenté. Comme quoi, y compris dans des concessions importantes, nous avons encore l'occasion de rencontrer des passionnés de la moto qui savent allier affaires et serviabilité.

 

La fin du parcours se déroule gentiment, rodage oblige, par la D16 vers Salindres et Rochegude puis la D979 pour Barjac. Enfin, la D901 nous emmène sur Saint Privat et Laval Saint Roman, et ensuite la D141 pour Saint Martin d'Ardèche.

 

Annie nous attend avec un bon dîner et nous irons nous coucher pas trop tard, des images plein la tête.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 13:28

1 semaine par an minimum

C'est l'objectif que nous nous sommes fixé pour réaliser un périple particulier.

Cette année c'est une petite semaine dans les Pyrénées encadrées par deux week-end de courses Promosport à Nogaro et Ledenon. L'occasion aussi de supporter notre ami Blanco et son team en coupe Kawasaki (#7).

22Août
Ulrich est parti de Paris sous la pluie et je le retrouve à Chénérailles (23) ou il arrive détrempé. Son nouveau R6 est bien baptisé ! Nous reprenons la route vers Bort les Orgues après une pause café. Seuls les trente derniers kilomètres se font sur le sec, et la pluie arrive une demi-heure après que les motos soient rangées. L'apéro suivi de la traditionnelle Truffade revigore notre Parisien, pendant que le contenu de son sac sèche gentiment. 

Les perspectives météo pour le lendemain ne sont pas réjouissantes. En effet, l'objectif de cette étape est  couper la route vers le sud ouest, mais aussi de remettre en jambe ce jeune permis sur les routes Auvergnates.
 

23 Août

Malgré les risques d'averses, nous décidons de partir sur Clermont-Ferrand afin qu'Ulrich se trouve une tenue pluie. Son cuir est détrempé, mais nous avons pu lui prêter un blouson et une paire de gants pour que son équipement finisse de sécher. L'aller se fait sans une goutte de pluie et sur route séchante. Quelques trouées dans la grisaille qui couronne les montagnes nous engagent à revenir par le chemin des écoliers.

 

Un peu de tourisme autour du lac d'Aydat puis début du rodage des flancs du nouveau pneu AR du R6 sur la superbe D5 qui nous offre ses magnifiques enchaînements de courbes. Un rapide arrêt pour une vue du château de Murol puis casse-croûte au lac Chambon.Murol-copie-1.JPG






Le château de Murol, fièrement dressé au dessus de la vallée

 





Il est temps maintenant de mettre le Parisien dans un autre rythme ! ! ! Un petit détour touristique dans la superbe vallée de Chaudefour, puis attaque brutale du col de la Croix Saint Robert (une spéciale de nuit du Moto Tour 2007). Descente sur le Mont Dore, visite au lac de Guéry et pause au magnifique point de vue sur les roches Tuilière et Sanadoire.
 virages2.JPG





Quel régal, et quelle formation pour notre jeune parisien, jeune permis. 
45 virages en 5 kilomètres. Que du bonheur.








Ensuite, remontée vers le col de la Croix Morand et pause malheureuse au point de vue. Le pied du vénérable que je suis se dérobe dans un dévers glissant et tout l'équipage se retrouve lamentablement par terre. Heureusement que le petit jeune est vigoureux. Cela m'évite un probable tour de rein. Pas de casse, hormis l'ego écorné, nous redescendons vers Murol pour reprendre la D5 vers Besse en Chandesse. Le rythme est soutenu et les voitures sont successivement et rapidement effacées de nos rétroviseurs.

 

En arrivant à Besse, une averse sérieuse s'annonce alors que nous passons à travers depuis le matin. Donc, pause café pendant la dizaine de minutes de pluie puis petite incursion pédestre dans les ruelles pour admirer l'architecture.

 

La fatigue de cette première journée commençant à se faire sentir, nous décidons de rentrer en flânant un peu plus. Une visite au lac Pavin niché dans un cratère. L'arrêt est ponctué d'une légère bruine. Un passage à Super-Besse pour rejoindre Picherande, La Tour d'Auvergne, Bagnols, Cros, Lanobre et une pause devant le somptueux château de Val, juché sur le flanc du lac de Bort. Poursuite de la route par le barrage, une rapide incursion sur le site de Saint Nazaire qui découvre une vue sur les gorges de la Dordogne et de son affluent la Diège. Au retour, Ulrich découvre le château de Pierrefitte, avant de faire une rapide pose à un grandiose point de vue sur le lac. Nous continuons vers les orgues basaltiques de Bort et profitons du point de vue sur la ville. Malheureusement le ciel est trop bouché pour profiter de la vue sur les massifs montagneux (Sancy et Puy Mary en particulier).dd-carlos--24-.JPG





Le château de Val que je surnomme celui de la Belle au bois dormant. Il domine l'ancienne vallée de la Dordogne qui est maintenant le lac de Bort les Orgues.

 




De retour en ville, nous profitons d'un temps plus sec pour laver les motos qui en ont bien besoin. Retour au garage, graissage de la chaîne du R6, vérification des niveaux des machines, puis des hommes à l'aide d'une bonne bière locale à la gentiane.

 

Laurence nous a concocté de délicieuses préparations pour accompagner les galettes et crêpes réalisées pendant notre balade. Après cet excellent repas, une bonne nuit réparatrice avant d'affronter la suite de notre périple vers Nogaro pour y supporter la Kawa ER6 numéro 7 de Julien managée par notre bon Blanco, mais aussi retrouver nos compagnons de route de ces prochains jours.

 

24 Août

 

Nous avons rendez-vous avec DD07 en début d'après midi à Figeac. Bien que fraîche, la météo s'annonce correcte. Ulrich est donc d'accord pour poursuivre son apprentissage à l'étêtage du bonhomme Michelin ! ! !

 

Nous démarrons par la fantastique D3 au départ de Bort que DD à renommée la RAB (Route A Bonheur). Les enchaînements s'enroulent et le rythme augmente régulièrement jusqu'à ce que la Div, en vue du col d'Entremont, prenne un coup de folie et s'échappe à vive allure. La jonction se fait avec le R6 pour emprunter la D680 en direction du col de Serre et du Puy Mary. Un café au coin d'un bon feu de bois au Pas de Peyrol nous réchauffe dans cette grande fraîcheur matinale. Cet arrêt laisse le temps aux derniers lambeaux de brume qui s'accrochent encore au versant sud de s'effilocher. La route qui descend vers Aurillac, noyée dans le brouillard à notre arrivée, est maintenant sous le soleil. Elle  nous laisse admirer la somptueuse vallée de la Jordanne dans la quelle nous nous glissons gentiment. Les yeux sont attirés de toutes part par les ruisseaux, cascades, villages, forêts et herbages. L'état d'esprit est d'autant plus bucolique que les résidus sur une route humide n'engage pas à une descente rapide.

 dd-patricia--98-.JPG





Vue du Puy Mary, la vallée que nous venons d'emprunter.







Après Aurillac, la température monte franchement, et nous nous arrêtons à Maurs pour nous désaltérer et passer en "équipement été".

 

La route qui nous emmène vers Figeac (N122) par la vallée de la Célé est un véritable régal. Un revêtement nickel qui se tortille gentiment au fil de l'eau et sous des ombrages autant agréable pour la vue que pour l'ombre.

 

A la sortie de Figeac, nous jetons notre dévolu sur un petit restaurant pour y attendre DD07. Soucieux de nous plier aux rites locaux, nous commençons à déguster des spécialités du sud ouest, et DD arrive au moment du café. Nous sortons l'accueillir, juste pour le voir chuter. Sa roue puis son pied ont glissé sur une couche grasse camouflée sous une flaque d'eau. Ulrich se précipite pour l'aider à relever le Versys et en profite pour railler ces vénérables qui perdent si facilement l'équilibre. Bons princes, nous ne nous vengerons jamais au cours des jours prochains et l'attendrons toujours pendant notre virée Pyrénéenne.

 

Nous repartons de concert vers Cahors par la vallée de la Célé, puis poussons jusqu'à Lauzerte pour dire bonjour à une adhérente du Repaire des Motards, Daisy. L'accueil est particulièrement sympathique, et les boissons fraîche bienvenues. En effet, nous sommes bien dans le sud et le thermomètre nous le rappelle fermement.

daisy3.jpg







Daisy pose fièrement entre Ulrich et moi pendant que DD07 prend la photo. Merci encore pour ce bon moment. 

 





Nous continuons notre route vers Nogaro et découvrons un nouveau terrain de jeux entre Miradoux, Lectoure et Condom. Les enchaînements de virages sont diaboliques et l'environnement est des plus agréable sous cette lumière de fin de journée.

 

Nous sommes très agréablement accueillis au Relais de l'Armagnac à Luppé-Violles.  Nous y dégustons un agréable confit et terminons la journée par un breuvage local (du nom du relais) millésimé et fort bien charpenté. La nuit qui nous attend va nous permettre d'aborder sereinement deux jours de Promosport et de coupe Kawa sur le circuit de Nogaro.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Patrice ou Div19
  • : Mes grandes virées en moto, dans la bonne humeur partagée entre amis.
  • Contact

Pages