Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 07:18

Au mois d'aout, j'ai eu le plaisir d'offrir une dizaine de jours de vacances particulières à mon neveu Maxime.

Ce jeune de 14 ans vit une période difficile. En plus de l'adolescence, il est sourd et la gestion de ce handicap ne favorise pas cette ère de mutation pas toujours évidente, ni pour l'intéressé, ni pour son entourage.

 

Il y a quelques années, j'emmenais régulièrement sa grande sœur Manon qui était devenue la mascotte de nos petits groupes au Mans ou à Magny-Cours. Sourde, elle aussi, elle venait de subir des moments particulièrement douloureux et chacun, dans son entourage, tentait de l'aider à retrouver le goût à une vie plus sereine. En ce qui me concerne, "le Tonton-Barjot" ou "Tonton-moto", propose la découverte de notre environnement si particulier, le vécu d'un certain esprit d'entraide, de partage et d'amitié dans la bonne humeur. D'ailleurs, tous mes potes ont vraiment réagi très positivement et ont accueilli ma Super-Manon avec chaleur et ,surtout, sans pitié déplacée. Je les remercie encore ici, comme je remercie les équipes du Bol d'or Classic ou des 24 heures du Mans qui l'ont reçue dans leurs stands à sa plus grande joie, mais aussi à son grand étonnement.


Manon2



Manon au départ de sa première sortie pour les 24 heures du Mans.
Elle a l'air heureuse la petite ! ! !

 








Maxime est donc envieux des voyages moto de sa sœur, et sa fin d'année scolaire est inquiétante. Les sautes d'humeur s'enchainent avec des âneries de tous genres dont certaines pourraient devenir lourdes de conséquences. Les parents, au front chaque jour, perdent peu à peu leur patience. Je leur propose donc de leur donner un peu d'air au cours de l'été tout en offrant à Maxime quelques jours de dépaysement, de détente et, pourquoi pas, de quelques mises au point . . .

 

Cette perspective est rapidement adoptée. Les parents et grands parents n'ont plus les doutes sécuritaires rencontrés pour la première expérience avec Manon. Si les risques existent, mes centaines de milliers de kilomètres en moto par tous les temps sans autre pépins que quelques banales chutes à l'arrêt plaident en ma faveur. Maxime, bien sûr, est loin d'être réticent. Cela fait des années qu'il me réclame autre chose que des ronds sur un parking ou une petite balade ponctuelle comme pour son anniversaire de 12 ans dans le Périgord.

 

Au départ, j'envisage d'aller le chercher en région parisienne où il réside. Deux facteurs me font repousser cette idée. D'une part, je dois lui faire essayer de l'équipement et je ne peux pas tout transporter (particulièrement pour les tailles de casques). De plus, un long périple de plus de 500 km n'est pas vraiment adapté pour une première sortie. Ses parents le mettent donc dans le train et je vais le chercher à Clermont Ferrand en voiture avec Serge et Brigitte qui sont passé me voir pour quelques jours.

 

La première vision de ce grand gaillard sur le quai de la gare me touche énormément. Il respire la joie et le plaisir de venir s'encanailler avec le vieux tonton ! ! !

 

Les deux premiers jours, nous découvrons l'environnement proche. Une excellente occasion d'ouvrir l'esprit à la géographie, l'histoire, la géologie, la nature ou les techniques, en particulier des différents types de barrages, des notions de bassin hydrographique, de production d'électricité, etc . . .

Nous avons aussi nos premiers accrochages. Le marché entre nous est clair. Si il est en vacances, je le suis aussi et si j'ai envie de l'aider, je ne suis pas enclin à me laisser marcher sur les pieds. Nous avons édicté une règle commune de nous dire ce qui ne va pas afin de ne pas augmenter les risques d'une communication pas toujours facile (le choc de génération agrémenté de la surdité). Après une crise plus aigüe Maxime semble comprendre et accepter que les remontrances ne sont pas faites simplement pour le plaisir mais essentiellement pour l'aider à prendre conscience des conséquences de ses attitudes, de la perception des autres.

A partir de là, la relation à évoluée très favorablement et il m'a grandement impressionné par ses capacités d'acceptation, de compréhension et d'analyse. Il évolue du silence obtus ou de la colère vers des discussions plus positives où il hésite de moins en moins à s'expliquer et même à défendre son point de vue.

 

Son attitude en moto est convaincante, et sa soif de découverte est un réel plaisir. Nous élargissons nos boucles et écumons les massifs montagneux environnants. Il fait maintenant corps avec la machine. Non seulement il n'a plus l'appréhension des prises d'angle, mais il jubile dans les enchainements de virages. De plus, nous avons la chance de bénéficier d'une météo exceptionnelle et les escapades en montagne sont un régal, tant pour la fraicheur que pour le spectacle de ces sites grandioses.

 

Il est donc temps maintenant de lui soumettre une vraie balade moto, une sortie d'homme. Le soir, je lui propose un objectif pour le lendemain. Aller voir le viaduc de Millau et revenir diner à Saint Flour avec une de mes sœur et ses filles (donc ses cousines) qui sont en vacances dans la région. A la vue du tracé sur la carte, je perçois un mélange d'appréhension et d'excitation. Le périple est long et il redoute la fatigue, mais la perspective du challenge et des endroits à découvrir sont très motivants. Je le rassure. Nous partirons de bonne heure afin de pouvoir s'arrêter régulièrement et ne pas trop endurer des chaleurs qui s'annoncent importantes.

 

Après un bon petit déjeuner - il aime ça le père Max le pain perdu tout chaud, crémeux et croustillant - nous voilà parti vers Aurillac. Premier arrêt après Mauriac pour admirer la magnifique cascade de Salins. La seconde pause interpelle Maxime. Lorsque je m'arrête sur le parking de Décathlon à Aurillac il me demande ce que nous allons faire. Quand je lui dit que nous allons lui chercher des lunettes de soleil il est aux anges. Eh oui Max, si le tonton sait être incisif, il peut aussi remarquer ta gène avec le soleil et anticiper cette longue journée particulièrement lumineuse ! ! !

 maxime2









Le frimeur joue au play-boy avec ses nouvelles lunettes !

 










La courte halte suivante est consacrée à admirer Montsalvy. Ensuite, la route qui plonge vers les gorges du Lot nous offre des points de vue magnifiques sur toute la région. Mon jeune passager exulte de ravissement devant ces grandioses spectacles et son enthousiasme fait plaisir à voir. Il me tape régulièrement sur l'épaule et me montre tous ces paysages qu'il découvre.

 

A Estaing, pause prolongée dans cet admirable village où nous nous abreuvons largement pour combattre les premières chaleurs. Ensuite, 2 ou 3 arrêts pour contempler quelques sites naturels ou historiques avant de pique niquer sous le viaduc de Millau. Une fois Maxime repus d'informations au travers de documents, vidéo et discussion, nous reprenons la route vers le plateau du Larzac. Le jeune voyageur est étonné de ce changement brutal d'environnement. La pauvre végétation de l'aride causse tranche brutalement avec les espaces de pâtures et de bois que nous avons traversé dans la matinée.

Nous amorçons le retour par l'autoroute pour un passage lent sur le viaduc afin que Max savoure cet instant, puis nous faisons une pause à l'aire de vision où le repos est agrémenté d'une glace bienvenue.

 

Les batteries du "gamin" (appellation chère à Serge) étant rechargées, nous redescendons sur Millau pour nous engouffrer dans les gorges du Tarn. A mi chemin, la chaleur s'ajoutant à la fatigue nous décidons d'aller retrouver l'autoroute pour Saint Flour. Lors d'une pause à un belvédère, et contrairement à ses habitudes, Maxime est sans voix et ausculte cet environnement sublime. Les points multicolores déambulant sur la rivière qui s'écoule en contrebas sont les canoës croisés auparavant. Un hélicoptère survole la crête opposée sans que le bruit nous parvienne. En le suivant du regard, nous nous délectons de cette impressionnante faille dans la roche creusée par les millénaires, de cette pierre érodée dont certain blocs monumentaux semblent en équilibre instable. Après ces quelques instants de silence simplement troublés par quelques véhicules, Maxime m'apostrophe gravement : "Comment çà s'appelle ici ?" je suis étonné de son ton, lui rappelle le nom et lui demande le pourquoi de cette question. La réponse, bien que simple, me procure une grande joie : "Pour demander à Papa et Maman de venir ici pour des vacances !" Ceci vaut tous les remerciements possibles.

 

Une pause dans le Gévaudan nous permet de nous asperger copieusement d'eau fraiche pour mieux affronter chaleur et fatigue. C'est ensuite l'autoroute pour une nouvelle halte face à l'impressionnant viaduc de Garabit qui enjambe la Truyère déjà passée ce matin à Entraygues. Nous arrivons suffisamment tôt à Ruynes en Margeride pour que Maxime joue avec ses cousines. Ces dernières profiteront aussi de petits tours en moto dans les petits virolos aux alentours.

  P1040241


Nous repartons tard vers Bort et la température a fraichit. Maxime grelotte au passage du col d'Entremont et je m'arrête en contrebas pour qu'il se réchauffe. A Riom un café est encore ouvert, mais ne propose plus de boissons chaudes. Nous restons un bon moment dans la douce chaleur de la salle mais les derniers kilomètres sont tout de même difficiles. La fatigue s'abat sur les épaules de mon passager et j'use de toutes les combines pour éviter l'endormissement. A l'arrivée, ses seuls mots avant de se coucher sont : "Tonton, je suis épuisé". Il peut. Prés de 700 km essentiellement de petites routes et virolos ce n'est tout de même pas de la rigolade ! ! !

 

Les jours suivants, nous continuons à visiter la région. Fortuitement nous apprenons qu'une course de côte automobile se prépare pour le week-end prochain. Nous allons donc passer quelques heures dans le parc coureur le vendredi alors que les premiers compétiteurs commencent à affluer.

 

Le samedi est plus calme. Je préserve le petit homme pour le lendemain et la remontée sur Paris. Encore quelques petite routes, mais aussi un peu d'A20 pour abattre plus vite deux petites centaines de kilomètres. Lors d'une pause Maxime exprime son excitation à retrouver sa famille et particulièrement Manon dont il se sent probablement plus l'égal. Il est étonné puis fier lorsque je lui explique qu'il a fait plus de moto que sa grande sœur, et surtout dans des conditions plus contraignantes de par la nature des routes et l'endurance nécessaire à de longs parcours.

 

Plus de 2000 km ont tanné le cuir de ce jeune motard qui semble se souvenir de ses vacances. Il m'a envoyé une carte postale il y a quelques jours. Il me confirmait qu'il était à nouveau hospitalisé. Il repasse sur le billard pour changer son implant abimé après une chahut avec un copain ! ! !

 

J'espère vivement que cette expérience favorise son évolution et l'aide à surmonter les caps difficiles, et que cette publication soit la preuve de mes souhaits d'un joyeux Noël pour lui, ses soeurs et ses parents !

PS à Maxime : Un large extrait de ton diaporama est visible à partir des albums photos ci-contre ou d'ici.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
<br /> l'émotion me laisse sans voix, et c'est peu dire... j'ai deviné des moments très fort à la lecture de ce récit, et soit certain que Maxime tirera profit, d'une manière ou d'une autre, de ces<br /> chouettes moments.<br /> <br /> chapeau le tonton.<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Il évolue super bien le petit (et néanmoins grand) Max. un plaisir !<br /> <br /> <br /> <br />
U
<br /> ça c'est de la virée! Profite bien du tonton, j'aurais adoré en avoir un comme ça. Le mien est plutôt du genre pantouflard. A un de ces jours sur les routes!<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> Merci Ulrich, et bonne année à vous trois . . . avec un maximum de rencontres et de virées . . . avec la nouvelle monture de Delphine ! ! !<br /> <br /> <br />
B
<br /> @ + et bon week end pour se reposer des fetes !j'ai la tete dans le sac.. hi hi hi<br /> pat<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> Eh oui Pat, il faut te préparer pour la semaine prochaine . . .<br /> <br /> <br />
D
<br /> Content de revoir Maxime (qui est devenu maintenant un beau "gaillard") à la découverte des routes et des paysages de cette superbe région. C'est pas donné à tout le monde d'avoir un Tonton Barjot<br /> qui se décarcasse d'aussi belle manière !!!<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> Merci à toi Dédé.<br /> Maxime a lu ton message hier soir et je t'assure qu'il en était trés touché.<br /> Le plaisir visible sur la bonne bouille de cette grande perche sensible fait vraiment plaisir à voir.<br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de Patrice ou Div19
  • : Mes grandes virées en moto, dans la bonne humeur partagée entre amis.
  • Contact

Pages