Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 09:51

Ce double week-end à rallonge de début mai s'annonce chargé.

 

Je dois me rendre à Paris pour une douloureuse affaire familiale. Vendredi sera une journée difficile. Les résultats des auditions policières prévues ce jour là peuvent déboucher sur un cataclysme.

 

La première étape est très humide. Les averses se succèdent, plus ou moins violentes et la tenue pluie est de rigueur. Pour optimiser la sécurité, j'opte pour l'autoroute A20 à partir de Limoges. Dans les longues courbes qui suivent, nous sommes assaillis par un orage brutal. Une voiture dont j'amorce le dépassement pénètre sur une surface fortement recouverte d'eau. D'importantes gerbes jaillissent sous les roues et les feux stops s'allument instantanément. Le résultat est immédiat, le véhicule en aquaplaning se met en crabe.

 

Malgré l'état de la chaussée, j'accélère pour ne pas rester proche de ce véhicule en perdition. En fait, je verrai dans mes rétroviseurs la voiture reprendre un axe cohérent. Un avertissement sans conséquences fâcheuses ! ! !

 

Je m'arrête chez un de mes frères dans la région de Poitiers pour repartir le vendredi de bonne heure. Le temps m'est compté, mais je décide de rejoindre Blois par les petites routes et profiter du renouveau printanier aux petites heures du jour.

 

Bien que frais, le temps est magnifique. Les départementales qui me mènent de Dangé à Blois sont agréables. La route serpente dans les successions de forêts et de zones cultivées où trois teintes dominantes se partagent l'espace. Les différentes palettes de bruns des terres fraîchement retournées, les verts tendres des blés d'hiver, les verts argentés et chatoyants des orges qui ondulent dans la brise et le jaune du colza en fleur, éclatant sous le soleil.

 

Ces dernières cultures procurent aussi d'agréables sensations olfactives. La contrepartie de ces plaisirs réside dans les nuées d'insectes en tournées d'inspection de ces champs de fleurs. Immanquablement, la visière est vite largement garnie de ces gloutons gavés de sucs ! Heureusement, dans la fraîcheur du matin, ce phénomène n'est pas encore gênant car cette population n'est pas encore active.

 

Quelques portions plus sinueuses m'aident à parfaire le rodage du pneu avant tout neuf. Un de ces enchaînements est particulier. A la sortie d'un bois, la route plonge doucement vers une vallée. Au détour d'une courbe enserrant un champ de colza, des toitures rondes et pointues apparaissent, surplombant le jaune éblouissant du champ en fleur. Se dévoilent ensuite les tours qui supportent ces toits puis le château tout entier. Un panneau m'instruit. Il s'agit du château de Montpoupon. Le spectacle est grandiose, l'environnement magnifique. Néanmoins, je ne prends pas le temps de m'arrêter pour immortaliser l'instant. A refaire !

 

Le reste du trajet s'effectue par l'autoroute et j'arrive en début d'après midi à destination.

 

Tout ce long week-end est consacré à ma famille. L'ambiance est lourde et pesante. Les informations émanant des services de police sont en même temps trop vagues, mais aussi très cruelles. Nous allons probablement rester dans l'expectative pendant quelques temps, et nous nous préparons à une nouvelle période d'attente sur cette enquête. Pour certains, dont moi, il devient difficile de rester calme et serein, et de ne pas chercher à rendre une forme de justice plus rapide.

 

Lorsque l'on repense à une certaine enquête sur un vol de scooter,
on reste interrogatif sur le sens du mot EGALITE inscrit au fronton de la République.


Le 2 roues du fils d'un ministre a sûrement plus de valeur que la vie d'une adolescente ! ! !

 

 

J'ai profité de mon passage à Paris pour confirmer un rendez-vous professionnel en Bretagne afin de m'éviter de nombreux kilomètres supplémentaires. Comme je dois y être le vendredi, je conviens de me rendre le mercredi soir chez Pascal qui m'accueille et ainsi profiter du jeudi férié.

 



Vues de la route de crête, les boucles de la Seine.

Le grondement sourd d'un pousseur rompt le calme charmeur de l'endroit.

Dans un quart d'heure, je traverserai la Seine à Bonnières, au fin fond de cette photo.





Je pars le mercredi matin avec pour objectif de musarder et me détendre. La traversée du Vexin vers La Roche Guyon est un retour aux sources. Il y à 35 ans, presque jour pour jour, ma première virée en moto parcourait ces contrées pour un pique nique à Château Gaillard. J'étais le seul en moto, accompagné par une nuée de 50 cc plus ou moins trafiqués.

 






Le château de la Roche Guyon a-t-il pris un coup de jeunesse depuis mon dernier passage ?



Ou alors, c'est moi qui a pris un coup de vieillesse et mes souvenirs sont défaillants ! ! !







Si l'environnement est agréable, la route est pesante. Il doit y avoir un élevage de ralentisseurs dans le secteur. Chaque village en est pourvu et je ferai à peine 50 km la première heure.

 

La sortie de Bonnières en direction d'Evreux est un régal. La sortie de la vallée de la Seine s'effectue par une succession de grandes courbes où je peux me défouler. Heureusement car la suite est tristement rectiligne et mon esprit divague sur cette route tant de fois empruntée dans la voiture paternelle.

 

La base aérienne est toujours là, mais les MP’s de l'armée américaine ne font plus la circulation. Enfant, j'étais impressionné par ces militaires martiaux réglant avec autorité les flux de véhicules. C'est ici aussi que j'avais pu voir une patrouille acrobatique en pleine action (de la Navy, je crois). C'est maintenant une base du transport aérien de l'armée française.

 

A la sortie d'Evreux je décide d'abandonner cette route ennuyeuse et m'engage vers Conches par la vallée de l'Iton, puis Bernay avant de retrouver la nationale.

 

Au premier café, je décide de faire ma première pause alors que je suis englué dans une longue file de véhicules que je remonte pas à pas lorsque les automobilistes me favorisent le passage. 2 voitures devant, un break semble avoir la même idée que moi et se gare sur le large trottoir. En descendant de la moto, je vois 2 hommes tout de bleu vêtus sortir du break et prendre des mesures du positionnement de leur véhicule. Le radar mobile est paré ! ! ! Une rapide discussion technique s'engage avec ces deux militaires fort sympathiques qui se mettent ensuite ardemment au boulot (confortablement assis devant leur écran ! ! !).

 

Je compte me diriger vers les plages du débarquement. L'entrée de Lisieux est chargée. Je décide donc de contourner la ville par le nord, mais je n'ai qu'une carte de France. Je navigue donc au jugé, prenant des repères sur le soleil et les grands axes traversés.

 

Excellente idée. Si les petites routes ne favorisent pas la vitesse, elles offrent un spectacle plaisant. Les paysages du bocage normand prennent toute leur dimension avec ces parcelles de terres bordées de haies, parsemées de pommiers en fleurs qui proposent une agréable harmonie de couleurs et de senteurs. Les typiques bâtisses à colombages ponctuent cet environnement bucolique.

 





Je rejoins le bord de mer à Dives.


Cela ne s'invente pas avec ma Div. !

 

 

 






 

Traversée de l'Orne puis reprise de la route côtière pour remonter toutes ces plages tristement célèbres. Les arrêts sont fréquents mais rapides. La moto est chargée et je ne veux pas la laisser hors de vue. Un casse croûte à Juno Beach puis reprise de cette sorte de pèlerinage jusqu'à la Pointe du Hoc.

 



Là, elle fait moins la fière la Div.


Le char Churchill monte une garde éternelle sur le front de mer plus calme qu'à son arrivée.






    - Par quelles affres ont du passer tous ces hommes pour prendre pied sur ces plages ?

    - Pourquoi la folie de certains aboutit à de tels massacres ? 


Mon séant commence à me rappeler à l'ordre. Sur les 8 dernières heures, plus de 7 sont passées en selle !

 

Je décrète donc une poursuite plus rapide de ce périple et rejoins Saint Lô puis Avranches et la voie rapide jusqu'à Jugon les Lacs. Enfin, une quarantaine de kilomètres de jolies départementales me guident gentiment jusque chez Pascal.

 

Jeudi, un peu de tourisme associé à la formation de William, le fils aîné de Pascal. Jeune permis A1, il profite de l'encadrement des 2 vieux (peut-être le subit-il ?). Son NSR est encadré par le ZX12R paternel et la Diversion.

 

Devant l'Abbaye de Bons Repos,

nos montures attendent sagement avant de retourner vers le lac de Guerlédan et les retrouvailles avec le NSR du jeune William.





La maturité de ce jeune routard m'époustoufle. Si la fougue de la jeunesse est bien présente, la faculté d'anticipation est déjà bien forgée. Les bonnes habitudes de l'auto-école (clignotants, vérifications, priorités, …) sont bien présentes, mais elles sont exacerbées par l'expérience des kilomètres en passager et les récits des anciens dont nous lui rabattons les oreilles depuis plusieurs années. Au moins avec lui, comme avec certains autres (n'est-ce pas Ulrich ?), nous avons la satisfaction d'être utile aux plus jeunes par ces compléments de formation.

 

Le week-end est essentiellement consacré au moto-club de Bréhan qui participe à l'organisation du 28ème Tour de Bretagne des véhicules anciens. Magnifique manifestation qui regroupe plus de 700 véhicules anciens, motos, voitures ou utilitaires.

Plus de 150 photos sont à votre disposition dans l'album proposé ci-dessus. 




Le jeune William semble se reposer du rythme que nous lui avons imposé !


Le grand William (tout est relatif !) et Pascal officient à la circulation.





André, le président du MC nous a demandé de venir épauler ses troupes pour canaliser toutes ces merveilles. Nous nous retrouvons le soir chez lui où il nous présente son musée personnel. Le rez de chaussée est impressionnant, mais l’énorme quantité de machines et de pièces en réserve au premier étage est encore plus faramineuse.
 

















Le passionné André nous présente ses trésors, ici au 1er niveau. Quelques photos ne rendront jamais la richesse de l'endroit, et encore moins la simplicité de l'accueil. Merci pour ces bons moments !

L'heure du retour sonne le lundi. Pascal et l'autre William (le copain) m'accompagnent. La Diversion est toute fière d'être encadrée par deux avions de chasse. La Bimota devant et le ZX12R derrière, elle doit bien se tenir. Nous rejoignons Blain par de bien sympathiques petites routes et y prenons un dernier café.

 



La frèle Bimota à moteur Suzuki 

et la puissante Kawasaki

escortent la vieille Yamaha.

Petite pause à La Gacilly, pas pour les produits de beauté, mais pour le café !




Un dernier arrêt à Nantes pour saluer des amis, un plein vers Poitiers et direction Limoges avec quelques gouttes de pluie et un puissant orage à l'approche de la capitale Limousine. Ma station service habituelle est inopérante pour l'essence. Tant pis, j'en prendrai plus loin. Eymoutiers, pompes automatique en panne et petite station fermée.

 

Quelques kilomètres plus loin, nouvel arrêt pour enfiler la tenue de pluie. La barrière nuageuse sur les hauteurs ne laisse aucune perspective de finir de sécher de la dernière précipitation.

 

Bugeat station service fermée. Le rythme enroulé devient particulièrement cool. Normalement, je devrais avoir assez d'essence, mais dans l'après midi l'allure était soutenue, particulièrement en suivant une BMW bien pressée. De toute façon, la route est détrempée et la vision est réduite.

 

A l'approche de Meymac la pluie cesse. Un chevreuil en profite pour raviver mon attention en traversant quelques mètres devant la moto. L'instant à beau être fugace, il déclenche tout de même une forte décharge d'adrénaline.

 

A une dizaine de kilomètres de Bort, mon séchage est annihilé. Un violent orage m'accompagne jusqu'au bout, mais j'arrive tout de même sans encombre et avec encore 3 litres d'essence.

 

S' il n'était pas si tard, je serais allé jouer au Loto. J'ai cumulé les coups de chances ce soir ! ! !

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

U
"utile à quelque chose", c'est vraiment le moins qu'on puisse dire! Le seul problème, c'est qu'à force de traîner avec toi, je supporte de moins en moins le motard moyen d'Ile-de-France... ;)
Répondre
P
<br /> Salut Ulrich,<br /> et merci de ce commentaire.<br /> En fait, je pensais à toi en baladant le fils de Pascal.<br /> Pour l'IDF, il est évident qu'il y a sûrement plus d'utilisateurs de 2 roues que de motards. J'en connais tout de même un certain nombre avec lesquels nous partageons, globalement, les mêmes points<br /> de vue.<br /> Bisous à ta petite famille.<br /> <br /> <br />
L
Chouette périple et très bien comté !<br /> <br /> Tchuss & Gazz !!!
Répondre
P
<br /> Merci les Arsouilles.<br /> C'est un échange de bons procédés. Je vous raconte mes balades et rencontres et au retour je peux lire les résultats des courses que je n'ai pas pu suivre ! ! !<br /> A+<br /> <br /> <br />
B
ENCORE UN SUPER ARTICLE ET UNE SUPER DECOUVERTE AVEC TES BALADES; MAIS JE SUIS EFFRAYE D'ENTENDRE DIRE UNE BIMOTA AVEC UN MOTEUR SUZUKI. BON! IL FAUDRA SI FAIRE<br /> @ + PAT
Répondre
P
<br /> <br /> Merci Pat pour ton assiduité et ces encouragements.<br /> En fait de découvertes, tu fais fort aussi, avec de la culture générale en prime ! ! !<br /> A+<br /> <br /> <br /> <br />
F
Salut Div... toujours que du plaisir de lire tes "balades".. est ce le nom adéquate?? Mais en ce dimanche, j'ai du mal à me creuser pour bien parler !!! Merci pour tous ces beaux articles que tu nous fais partager... <br /> Bisous bretons
Répondre
P
<br /> Sympa ton petit message. Ca change des râleuses ! ! !<br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de Patrice ou Div19
  • : Mes grandes virées en moto, dans la bonne humeur partagée entre amis.
  • Contact

Pages