Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 11:15

Je dois passer par Paris la semaine précédent les 24 heures du Mans pour des raisons professionnelles et familiales. J’en profite donc pour aller dire un petit bonjour à quelques amis et connaissances.


Je pars le dimanche 13 au petit matin sous une légère bruine. Les prévisions météo sont relativement correctes et je m’abstiens donc d’enfiler la tenue de pluie. Mauvais choix. Je m’arrête après 20 kilomètres pour m’équiper sous un déluge qui me poursuit pendant deux heures.


Je commence à trouver des routes séchantes à l’approche du Morvan, mais pas suffisamment pour commencer à roder les flancs de mon pneu tout neuf.


Je fais un petit détour par Gien sur Cure pour saluer Karole et Olivier au Relais des Voyageurs. Malgré leurs occupations, ils attendent un groupe de motards pour le repas, ils prennent le temps d’un café tout en veillant au bon déroulement des préparatifs. En toile de fond olfactive règne les appétissantes effluves du cassoulet concocté par Karole.

 




LE RELAIS MOTARD 58

Un très bon plan comme camp de base pour écumer la magnifique région du Morvan.

www.relaismotard58.com




Olivier en profite pour me faire découvrir ses récentes installations. Les dortoirs sont clairs et agréables, et les nouvelles douches particulièrement accueillantes. Le sens pratique de ces motards avertis se retrouve dans un détail d’importance. Des racks de casiers ventilés sont prêts à recevoir nos casques ! ! !

 

Je continue ma route après l’intervention d’un automobiliste sympa. Dans une courbe maculée de boue, j’accompagne la glisse de la Diversion pour m’embourber dans le bas côté. Une corde pour sortir l’équipage en situation fâcheusement instable, puis un passage éclair à la ferme pour un coup de jet salvateur aux jantes et bas de cadre de la moto, et aux bottes du pilote ! ! !

 

L’Auxois me permet de commencer à lécher les inscriptions des bords du pneu sur des routes sèches et je poursuis ma route jusqu’à Metz en évitant toutes les averses qui se déchaînent, tantôt loin devant, tantôt sur les côtés. Une demi heure après mon arrivée chez Serge et Brigitte, la pluie s’installe pour de nombreuses heures.

 

Le lendemain, visite à Pierre, à la frontière Luxembourgeoise. Il a racheté à Serge, la semaine dernière, sa Japauto et sa Kawa Z650 pour améliorer sa collection. Nous pouvons admirer, entre autre, deux magnifiques « quatre pattes » Honda, 350 et 750, un 1300 Godier-Genoud, et le 1000 Japauto qu’il vient de sortir pour le Bol d’Or Classic.

 

Départ pour la région parisienne de bonne heure le mardi. J’ai rendez vous en fin de matinée avec Jacques et Martine, retrouvés par téléphone interposé il y a quelques semaines après plus de 20 ans de silence.(cf. "Mon premier pote motard, Jacques ! " ).

 

L’émotion est grande de part et d’autre pour ces retrouvailles.

 

Tant de souvenirs remontent :

 

  •  L’école hôtelière et les premières âneries en moto dans les années 72-74.
  • Leur rencontre chez moi, à Annecy alors que j’hébergeais provisoirement Martine. Elle était présente aux prémices de ma vie de Papa Poule, et son analyse de cette période particulièrement difficile me réconforte.
  • Les extras que venait faire Jacques les week-ends dans le restaurant que j’avais créé dans le Val d’Oise au début des années 80. Les centaines de kilos de tarte Tatin ou de ris de veau qui ont participés à notre renommée . . .

 

Il me présente sa monture, un VN 800, remisé depuis son accident piéton et sa jambe cassée il y a 4 mois.

 

Après un déjeuner pantagruélique dont seules les entrées et le dessert seront servis, il me faut partir pour assurer le premier de mes rendez-vous en région parisienne.

 

Pendant les deux jours suivants en région parisienne mon planning est très serré.  Je n’aurais pas le temps de voir aucun de mes copains de la région avant mon départ pour Le Mans.

 




Ma dernière vision du Garage Vert nouvelle version,
avant de repartir du Mans.




Le retour des 24 heures se fait en deux temps. Un arrêt chez un ami, Louis, en Sologne où m’attend Serge depuis la veille. J’arrive sous la pluie qui ne s’arrête pas pendant des heures, à tel point que l’étang monte presque à vue d’œil.

 


Serge devant le ponton chez Louis.

La veille au soir il était encore accessible.

Maintenant les canards jouent à Jésus.

En déambulant sur la jetée recouverte, ils paraîssent marcher sur l'eau ! ! !



La dernière étape vers la Corrèze débute avec des alternances de soleil, mais je dois ré-enfiler la tenue de pluie dés Châteauroux où commencent quelques ondées. A partir de Limoges, les averses deviennent plus violentes, mais j’arrive à garder un rythme soutenu. Néanmoins, l’image du travers de la « 11 » est présente en permanence dans mon esprit et je suis très attentif à la moindre amorce de glisse.


PS pour les abonnés à la Newsletter :

Désolé pour les redites, mais vous trouverez tout de même quelques compléments aux messages rapidement envoyés  au cours de ce périple.
Merci de votre fidélité et à trés bientôt.

Partager cet article
Repost0

commentaires

K
Un super CR, très bien rédigé, on participe à tes retrouvailles c'est cool.<br /> Merci pour la partie Relais Motard58, ça fais plaisir !<br /> A bientôt dans le Morvan !<br /> Karole
Répondre
P
<br /> Tu sais Karole, quand quelque chose ne me convient pas, je suis rarement le dernier à réagir. A partir de là, il me semble normal d'être cohèrent et de dire ce qui va bien.<br /> Je vous connais peu, mais j'ai pu valider votre investissement (financier sûrement, mais surtout personnel) pour offrir des soutions adaptées et attrayantes.<br /> J'essaye donc d'appliquer les principes de partage et d'entraide cher à notre monde.<br /> <br /> Enfin, ton message est bien gentil. Il ne ressemble pas à LA DRAGONNE ! ! ! !<br /> <br /> A + <br /> <br /> <br />
B
quel extraordinaire périple encore de bien beaux endroits traversés !! c'est ce que je préfére encore , les retrouvailles et les sites panoramiques plus que les courses en elle meme. je supporte moins le bruit. Puis j'en ai tellement vu de ces rassemblements que je m'en suis lassé. Mais les paysages , ca ! je m'en lasse pas.<br /> @ + Pat
Répondre
P
<br /> Merci Pat de ces commentaires qui me confortent dans mes folies motardesques. C'est vrai que pour les circuits et les rassemblements, certains aspects ne sont pas toujours à mon gout (le bruit bien<br /> sûr, mais aussi les excés de tous poils . . .). Mais ce qui prime, pour moi, c'est les rencontres et les histoires qui se font (et se défont parfois), les crises de rigolade, l'éviction momentannée<br /> de nos galères. . .<br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de Patrice ou Div19
  • : Mes grandes virées en moto, dans la bonne humeur partagée entre amis.
  • Contact

Pages