Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:30

 

Le 10 janvier dernier je mettais en ligne une diatribe relative aux incivilités que les riverains de notre rue subissaient (cf. http://div19.over-blog.com/2016/01/ras-le-bol.html).

 

Mais je ne me contentais pas de "râler", j'ai aussi informé la Mairie de ces éléments nouveaux résultants des dernières transformations de la ville, que j'apprécie et approuve d'ailleurs …

Il s'en est suivi une rencontre fort sympathique et fructueuse avec le responsable des services techniques. Nous avons largement et constructivement échangé et j'ai proposé ma propre amorce de solution, qui en plus, me paraît être la plus économique :

 

  • Apposer un ou deux bacs de fleurs à l'entrée de la rue afin de rendre moins évident l'accès à la rue, ces obstacles restant facilement déplaçables par les services de secours en cas de besoin.
  • Améliorer la signalisation en reproduisant les panneaux de sens interdit et de stationnement interdit, précisant "exclusivement réservé aux riverains et services de secours".
  • Compléter cette signalisation par un panneau de voie en impasse afin de limiter les velléités de ceux qui veulent gagner du temps … et qui doivent reculer lorsqu'ils arrivent aux barrières bloquant le haut de la rue !
  • Et si ces aspects informatifs (et a priori éducatifs) ne suffisaient pas, il y aurait lieu de passer à une phase répressive, ce que je trouve dommage mais qui semble malheureusement être la clef ultime …
    Et vu les montants en jeux, tant en terme de points de permis que de valeur monétaire, le message devrait vite passer … (Sens interdit, article R412-28 du code de la route - 4 points – 135 € ; Stationnement gênant article R417-10 du code de la route - 3points – 135 € …), nonobstant les autres formes de pénalités et de poursuites …

 

Les conclusions de cette rencontre me parviennent par mail le 20 janvier :

 

Bonjour,

Après concertation avec les élus, nous allons installer deux potelets pour interdire le stationnement devant votre habitation.

Bonne réception.

Responsable des services techniques

De la commune de Bort Les Orgues

 

Auquel je réponds ainsi le 21/01/2016 :

 

Bonjour Monsieur,

Merci bien pour cette information.

Néanmoins, à la réflexion, je pense que l'on traite ainsi un des effets et non la cause, et qui plus est en fonction de mon vécu exclusif !

Le phénomène risque donc d'être ainsi reporté sur d'autres riverains, actuels ou à venir, et même peut-être accru par cette nouvelle emprise réduisant les capacités de parking.

De plus, je ne suis pas certain que cela résolve mon souci d'accès pour la moto.

En effet, si un véhicule stationne devant ces potelets, je n'aurais probablement pas assez de dégagement pour entrer ou sortir la moto.

Et, accessoirement, je serais pénalisé lorsque j'aurais besoin de me garer devant chez moi, même si c'est très rare, à moins de trop empiéter sur la voie.

Néanmoins, il ne s'agit là que de l'avis d'un béotien en terme d'aménagement et de gestion d'une mairie !

Mon seul objectif est de tenter de favoriser une solution pérenne, adaptée autant aux contraintes des personnes physiques (et surtout pas exclusivement moi !), mais aussi de la collectivité, au sens large.

Enfin, ma démarche n'est en aucun cas motivée pour la résolution d'un souci personnel que je supporte d'ailleurs depuis de nombreuses années, même s'il s'amplifie dans cette nouvelle configuration.

Et je ne tiens pas à ce que le traitement de mon cas engendre d'autres désagréments, d'ordre individuels ou collectifs !

Bonne réception,

Patrice Altazin.

 

Et depuis rien de nouveau …

Enfin, si, le phénomène s'amplifie et même s'aggrave à mon avis.

En ce qui me concerne directement, il est évident que je doive continuer à parquer ma moto autre part si je veux en disposer librement …

 

Ce premier diaporama a pour seule valeur de démontrer la multiplicité des cas. Et ce n'est qu'un faible extrait des centaines de photos réalisées pour illustrer la situation.

 

Il est à noter que mes accès ne sont pas exclusivement en cause et que bien d'autres portes ou garage sont fréquemment obstrués. Dans la pratique, certaines de ces ouvertures sont peu ou pas utilisées, au moins pour l'instant, mais les acteurs en cause le savent-ils ?

D'autre part, certains véhicules sont immortalisés à de nombreuses reprises.

L'explication est simple.

Il s'agit soit de personnes ayant leurs petites habitudes dans la banque toute proche (ou la mairie, ou le marché, etc. …), soit de personnes résidant sur la place.

Dans ce cas, les excuses exprimées lorsque l'on tente d'évoquer les désagréments et risques engendrés sont édifiantes, du type : "ce n'est pas de ma faute si la Mairie, par ce nouvel aménagement, a réduit les capacités de parking ! ".

Mais ces mêmes personnes n'hésitent pas à imposer aux autres ce qu'elles refusent pour elles-mêmes … en pire puisqu'elles vont jusqu’à obstruer certains accès privés ou tout simplement interdire l'accès à des véhicules de secours !

Elles devraient plutôt les remercier ces riverains qui n'hésitent pas à faire les quelques dizaines de mètres à pied en utilisant les deux parkings tout proches afin de favoriser l'accessibilité générale … quelques dizaines de mètres sûrement trop contraignant pour elles ?

Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …

Cette multiplicité de vues et de véhicules démontre, je le pense,
qu'il ne s'agit pas de cas isolés mais d'habitudes maintenant bien ancrées !

 

Dans ce second diaporama, je tente de démontrer certains facteurs de risques potentiels.

Comme me l'a fait remarquer un de mes amis (merci Dédé), une partie de mon expérience (Protection Civile et SAMU) me donne un point de vue particulier sur ce sujet qui n'est probablement pas celui de la majorité.

Imaginez donc les capacités d'action des services de secours dans de tels cas de figure. Pour les urgences absolues les secondes perdues peuvent coûter très cher …

Et c'est d'autant plus vrai ici que nous sommes sur le secteur le plus risqué de la ville en terme de propagation d'incendie (propos émis par un officier des Sapeurs-Pompiers - SDIS 19 - lors de l'incendie de la maison mitoyenne à la mienne il y a quelques années).

Que se passera-t-il lorsque l'accès des véhicules de secours sera subordonné à un retour de la banque, du marché … ou d'un profond sommeil à quelques dizaines de mètres ! ! !

Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …

Il est à noter que certains des véhicules apparaissant sur ces photos sont ceux de riverains
(Citroën rouge, Clio blanche, fourgons blancs Traffic, Toyota ou plateau, …).
Même s'ils sont parfaitement garés, condamnant parfois des accès, mais les leurs,
cela n'empêche pas des non-riverains de se garer en obstruant totalement les accès …

 

Voici maintenant quelques vues qui devraient interpeler.

Le confort des riverains, comme leur sécurité sont directement en cause.

Dans le cas extrême, j'ai dû replier (délicatement) un rétroviseur pour ensuite essuyer le mur et le véhicule pour enfin sortir de chez moi (il va falloir encore maigrir !) …

Imaginez une Mamie avec son cabas sur roulettes, une Maman avec sa poussette, un handicapé en fauteuil roulant, ou des secouristes avec un brancard … Coincés !

Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …

 

Autre facteur de risque, les départs.

Dans la majorité des cas ils se font en marche arrière contrairement aux prescriptions du Code de la Route, notamment (alors que les riverains, en presque totalité pénètrent en marche arrière pour ressortir en marche avant !).

Dans certain cas, les piétons doivent être attentifs et même parfois patients …

De plus, nombre de ces véhicules repartent en sens interdit …

Certes, le sens de circulation  n'est pas matérialisé à cet endroit (hormis le fléchage au sol, tout de même), mais les riverains, eux, le connaissent parfaitement et repartent dans le bon sens ! ! !

Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …

 

Mais un nouveau facteur de risque est apparu cet été. J'étais peu présent, trop occupé par la fin de mon grand Max, mais il paraît que c'était l'enfer …

Les riverains ne pouvaient plus accéder à leurs domiciles pour y décharger des courses, des bouteilles de gaz, ou pratiquer d'autres manutentions. La rage gronde …

De plus, lorsque nous avons le malheur d'exprimer notre mécontentement à ces contrevenants, dans la majorité des cas nous nous retrouvons devant des attitudes agressives et des insultes …

Certains envisagent donc des mesures de rétorsion drastiques à l'aide de tournevis dans les pneus ou sur les carrosseries dans le but de faire respecter des règlements qu'ils n'ont pas institués et dont ils supportent doublement les inconvénients, tout en se conformant aux principes.

Toutefois, au moins à court terme, ils ont convenu que ce n'était pas la meilleure méthode, que c'était la porte ouverte à l'escalade et qu'ils se mettaient eux-mêmes "hors la loi" !

 

Mais nous ne sommes pas à l'abri d'un "fait divers" si un jour, l'un de ces riverains, excédé, perd son "self-control" …

 

Et voici le dernier phénomène, en trois vues, qui m'a poussé à réaliser cet article.

Cela se passe dimanche dernier.

Une accélération agressive suivie d'un violent freinage chatouillent mes oreilles et je vais vers la fenêtre pour voir ce qui se passe.

C'est tout simplement un automobiliste, sûrement pressé, qui pensait gagner du temps en empruntant ce "sens interdit sauf riverains" (sinon, il faut faire le tour du pâté de maison).

Eh oui, bien que présente depuis de nombreuses années, cette signalisation a dû être doublée d'une obstruction du sommet de la rue pour être effectivement efficace …

Et quoi qu'en pensent les élus, si cette pratique faiblit, elle est encore fréquente … et contribue à l'accroissement des facteurs de risques (d'où ma préconisation d'un panneau de "voie en impasse" !).

 

Et j'ai donc juste le temps de saisir mon appareil pour obtenir ces dernières vues :

  • Un véhicule qui recule vivement et s'engage dans le carrefour, en marche arrière et à contre-sens
  • Un cycliste qui doit peut-être son salut à un vif écart à gauche (mais il est aussi en sens interdit) ;
  • Une relance musclée (il faut rattraper le temps perdu !) … sans vue sur d'éventuels véhicules montant de la place … qui, eux peuvent se savoir en sens unique.
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …

Désolé pour ces explications un peu longues mais il me semble constructif d'émettre un point de vue, certainement subjectif et parcellaire, mais très pratique, et de le soumettre aux instances détentrices des pouvoirs législatifs et de police.

J'espère aussi que cela donne une vision nouvelle de certaines pratiques, plus ou moins volontaires, mais dont les conséquences peuvent s'avérer lourdes !

Il est trop facile, à Bort comme ailleurs, de se lamenter par des "je ne savais pas", "ce n'est pas de ma faute" où autres excuses plus ou moins oiseuses alors que le mal est fait !

Il est vrai que je suis aussi porté dans ce type de démarche par d'autres expériences professionnelles qui se traduisent souvent par cette sentence :

"Gérer c'est prévoir … et anticiper"

 

Il est certain maintenant que je ne risque pas d'être poursuivi pour avoir omis d'insister, peut-être un peu lourdement, sur ces facteurs de risques …

Mais en cas de "fait divers" ou de catastrophe, nous possédons déjà des pistes factuelles pour en déterminer certaines causes …

 

Dernières minutes !

 

La première de ces vues est datée du 30/09/2016 à 21h41
et la dernière le 1er octobre à 11h07 :

Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …
Lorsque les risques s'accroissent …

 

Alors que je termine cet article, ce vendredi 30 septembre en début de soirée, 3 véhicules de "non-riverains" viennent tour à tour se positionner dans la rue ou sur le carrefour …

Ce matin, de bonne heure, ils sont toujours présents, mais pas de soucis, aucun besoin d'intervention dans la nuit …

Et ce samedi matin 1er octobre, c'est jour de marché.

Certains des premiers piétons râlent lorsque, sous la pluie, ils doivent attendre que les véhicules en transit passent (ce qu'ils font sans vigueur excessive vu la largeur de passage fortement réduite) pour emprunter à leur tour la rue, … Cela réduit au moins certains risques !

Eh oui, un de ces 3 véhicules interdit le franchissement autrement …

 

Toute la matinée, d'autres véhicules viennent "boucher les trous" … dont certains habitués de la manœuvre (une de ces automobiles est toujours en vente, avec un panonceau fort reconnaissable !).

 

Vers 10h00, alors que je reviens, à pied, d'avoir accompagné à leurs motos (soigneusement garées dans un autre endroit …) mes amis qui ont passé la nuit à la maison, je suis apostrophé par un piéton :

"Vous pourriez tout de même vous garer correctement".

Lorsque je lui explique que bien que riverain, je laisse rarement un véhicule ici, qu'aucun de tous ceux présents ne sont à des riverains, mais que nous vivons cela presque tous les jours, il est effaré ! ! !

 

Et pendant ce temps, au moins deux riverains rebroussent chemin, ne voulant pas accroitre le phénomène … mais particulièrement remontés et vindicatifs …

 

11h30. Le véhicule Audi garé en biais libère enfin le passage …

11h50. Le trafic perd de son ampleur et nous avons toujours deux véhicules en attente de leurs propriétaires …

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
C'est clair que ce genre d'incivilités c'est pénible.<br /> Franchement avec les photos où tu montrent que tu ne peux pas sortir de chez toi (à pied) (ou y entrer), j'aurai une solution "pis aller", mais ça défoule et ça ne dégrade rien : créer des autocollants type "vous êtes garés devant chez moi, je ne peux ni sortir ni entrer. Allez vous garer ailleurs" et tu les colles sur les vitres.<br /> Tant qu'à faire prendre des autocollants "papier" que tu imprimes sur ton imprimante perso, car ces autocollants se décollent en se déchirant....<br /> Ça en ferait peut être réfléchir certains surtout si tu les collent dans le champ de vision...
Répondre
P
A méditer ...<br /> Merci Jessica !
D
Coucou, est-ce que tu as le droit de mettre deux gros pots de fleurs à la limite de tes portes de garage pour pouvoir sortir comme tu veux ta moto ou bien de chez toi? les gens se foutent totalement de la gêne qu'ils peuvent causer et ça ne va pas s'arranger malheureusement
Répondre
P
Bonjour Denise,<br /> Là n'est pas la question, au moins pour moi qui gère cela depuis plus de 10 ans (même si c'était "moins pire" avant !).<br /> Il ne faut pas raisonner à un niveau unitaire, mais plutôt collectif ...<br /> De plus, les situations de risques générées me paraissent plus importantes que les désagréments personnels ...<br /> Mais il est vrai que la répétition quasi-journalière commence à user ...

Présentation

  • : Le blog de Patrice ou Div19
  • : Mes grandes virées en moto, dans la bonne humeur partagée entre amis.
  • Contact

Pages