Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 08:38

 

Après une bonne nuit pour se remettre du superbe mais éprouvant week-end de Montlhéry, il me faut prendre la direction du grand ouest. Je joins l'utile à l'agréable en assurant rendez-vous de boulot et visites aux amis !

 

Un imprévu m'empêche de partir le matin pour profiter de la journée. En début d'après-midi, j'hésite à m'engouffrer sur un itinéraire connu ou me laisser guider par le GPS …

 

Tous comptes faits, et motivé par mes derniers tests particulièrement positifs, j'interroge Tomtom sur le trajet le plus rapide sans péages : arrivée 20h00 soit 6h00 de selle. Pas le droit de trainer si je veux éviter le soleil rasant du début de soirée, mais c'est jouable !

 

Une nouvelle fonction apparaît rapidement.

Des propositions alternatives offrant des gains de temps. L'acceptation est aisée. L'écran tactile réagit parfaitement au toucher, même avec les gants. Quelques minutes gagnées par ci et par là, c'est alléchant … et cela s'avère particulièrement efficace.

 

Un autre avantage du GPS se profile.

Je suis parti avec peu d'essence et je veux faire mon plein de carburant le plus loin possible pour éviter un troisième arrêt. Là aussi, c'est parfait. Les stations sont clairement indiquées sur la droite de l'écran. Sans cette précieuse aide, j'aurais fait mon premier plein 80 km plus tôt ce qui m'aurait entrainé à en faire un troisième sur la fin du parcours.

 

Enfin, Tomtom ne tient pas toujours compte des panneaux et m'embarque sur des routes de traverse. Pas du chemin vicinal, de la belle départementale qui serpente joyeusement entre champs et bois, peu fréquentée et au revêtement très correct.

Le gain de temps engendré par un kilométrage plus faible est encore amélioré par un rythme d'autant plus soutenu que le risque du contrôle laser est amoindri … De plus, les "zones de danger" (euphémisme annonçant les radars et voulant probablement dire "zone de danger pour le portefeuille et le capital point") sont clairement visibles. D'abord sur la droite de l'écran pour l'approche puis matérialisée sur le trajet dans la zone en question.

Plus besoin d'ausculter les bas-côtés à la recherche hypothétique d'un quelconque boitier délateur, et sans atteindre de folles vitesses, le compteur du GPS est fréquemment au rouge ! ! !

 

L'arrivée sur Rennes et la fin du parcours se réalise sur des "4 voies" et donc à des allures beaucoup plus proches des conventions. Mais le bilan est cinglant : arrivée à 19h25, soit plus d'une demi-heure de gagnée sur le temps prévisionnel et surtout avec un pilote relativement détendu et frais …

 

Donc, un grand merci à Tomtom qui m'a offert un trajet novateur, rapide et bardé d'une sérénité accrue. D'ailleurs, ceci est, pour moi, un facteur de sécurité accru. L'attention à l'environnement est maintenue et beaucoup plus positive, ce qui augmente la capacité d'anticipation.

Merci aussi à Eric qui, dernièrement, m'a offert de dépasser mes appréhensions générées par ma dernière gamelle et à Vianney (mon toubib-motard) qui semble avoir trouvé un traitement efficace pour gérer les vieilles douleurs …

 

En Bretagne, le Tomtom Rider 400 fait connaissance avec les bords de mer :

Tomtom, Bilan de plus de 2000 km !

 

Il s'avère redoutable pour trouver sans hésitation une adresse dans une ville peu connue. Gain de temps appréciable et rendez-vous sans stress intempestif !

 

Pour me rendre chez mon pote Dédé, je suis légèrement en retard. Je programme Tomtom sur le parcours le plus rapide et il me propose un détour par rapport à l'une de mes routes habituelles. L'itinéraire est nettement plus roulant et offre un gain de temps appréciable … tout en remplissant d'aise les flancs des pneus dans de belles courbes rapides ! D'ailleurs, lorsque j'explique à Dédé mon parcours, il est édifié : " Ah oui, il t'a même fait prendre cette petite portion de route. C'est vraiment un raccourci utilisé seulement par les locaux. Il a l'air diablement efficace ton GPS ! "

 

Sur ses conseils, nous partons découvrir le lac, vidé, de Guerlédan.

Mais ses préconisations ne peuvent pas être appliquées et nous trouvons un autre point d'arrêt qui nous permet de découvrir les vestiges d'une vie antérieure :

Tomtom, Bilan de plus de 2000 km !
Tomtom, Bilan de plus de 2000 km !
Tomtom, Bilan de plus de 2000 km !
Tomtom, Bilan de plus de 2000 km !
Tomtom, Bilan de plus de 2000 km !

 

Nous sommes "perdus au milieu de nulle part" !

Pour le retour je demande donc à Tomtom un trajet par routes viroleuses.

Quel pied ! Un itinéraire de balade superbe et étonnant. Des paysages dignes de l'Auvergne, mais parfois sur des voies inquiétantes. A se demander si nous n'allons pas finir dans la cour d'une ferme !

Mais le Rider 400 ne commet aucune bévue. Nous retrouvons, ça et là, des portions de routes connues pour repartir immédiatement dans des découvertes nouvelles. Ma passagère, émérite et locale de l'étape, se demande parfois si nous allons retrouver sa maison. Elle n'est rassurée qu'à quelques kilomètres de chez elle, retrouvant un environnement familier …

Rassurée et impressionnée ! ! !

 

Mais cette incursion bretonne se termine et je dois prendre la route du retour. La proposition du GPS est exactement identique à mon trajet habituel. Je n'ai donc, à priori, pas besoin de lui, mais je vais tout de même pouvoir tester ses réactions dans des conditions extrêmes, tout en le positionnant différemment sur le guidon afin de pouvoir l'utiliser avec une sacoche de réservoir plus imposante.

 

L'arrivée sur Rennes se réalise sous un déluge impressionnant. L'étanchéité de l'outil n'est pas mise en défaut !

Néanmoins, je suis flashé en permanence alors que ma vitesse est nettement inférieure aux prescriptions. Et Tomtom n'annonce aucune "zones de danger".

C'est simplement l'orage qui se déchaîne !

Cette activité électrique intense semble d'ailleurs importuner le GPS. A plusieurs reprises, il abandonne la visualisation du parcours en apposant divers menu à l'écran. Cela paraît aléatoire et d'autant plus fugace qu'une simple pression du gant sur l'écran détrempé permet un retour immédiat à la visualisation du trajet. D'ailleurs, dès la sortie de la zone orageuse, ce phénomène a immédiatement disparu.

 

Après une rapide halte à Cholet où j'abandonne ma tenue de pluie, je repars dans un univers qui offre un accroissement rapide de la température. Je dois bientôt m'arrêter fréquemment pour me désaltérer et mouiller ma tenue afin d'obtenir une climatisation … très temporaire !

En parvenant à Limoges, le Rider 400 me propose des alternatives écourtant le trajet. Je les refuse toutes. Accablé par la chaleur, je me maintiens sur l'itinéraire maitrisé et n'est qu'une hâte, arriver et prendre une douche.

 

Les 100 derniers kilomètres sont d'habitude un dessert réjouissant de courbes à répétition dans un magnifique décor, comme ici au-dessus du lac de Viam :

 

Tomtom, Bilan de plus de 2000 km !

Mais aujourd'hui c'est plutôt un café amer. La température ne baisse pas et il faut, en plus, scruter le revêtement qui a tendance à fondre par endroits. Même le plateau de Millevaches est une fournaise. Je rêve du mois de décembre où je retrouverai les copains au milieu de la neige pour la fameuse concentration hivernale (bien qu'a ce moment nous risquons de réclamer un peu de chaleur !).

 

Après plus de 2000 kilomètres à scruter les réactions de ce nouveau Tomtom, le Rider 400, et malgré ses errements fugaces de l'aller, je crois que je deviens "addict" !

Pour en profiter pleinement, il faut changer de méthode et s'abandonner (presque) totalement à ses instructions, lui faire confiance, comme me l'a exprimé un certain David.

Ce n'était pas naturel pour moi, mais ça le devient … grâce aux démonstrations répétées et sans failles de son efficience.

Un comble et à la limite, une agression pour mon propre GPS interne !

Est-ce grave Vianney (docteur) cette renonciation ?

 

Toutefois, j'espère vraiment ne pas arriver à un tel point d'abdication de certains, comme encore constaté avec effroi ce week-end.

 

La rue de mon domicile est en sens interdit, sauf riverains, depuis une dizaine d'années. Devant les errements répétés des usagers, le haut de cette rue a purement et simplement été fermé. Mais cela n'empêche nullement de nombreux automobilistes de s'y engager … avant de faire une plus ou moins savante marche arrière !

 

Ce week-end donc, ce sens interdit était doublé d'un second, temporaire pour cause de manifestation sportive, positionné au carrefour précédent une dizaine de mètres en contrebas.

 

Mais de nombreux automobilistes, locaux comme touristes, n'en avaient cure …

Et une pauvre mamie s'est retrouvée coincée, incapable de faire sa marche arrière sans aller écorcher son véhicule sur les murs et trottoirs particulièrement saillants …

 

Bon prince, je lui propose de sortir sa voiture de ce guêpier, tout en lui expliquant qu'elle avait tout de même franchi deux sens interdit pour se retrouver là. Elle ne les avait pas vus !

Mais là, je me fais prendre à partie par des piétons qui venaient de vivre la même chose : "nous aussi on s'est retrouvé coincés. C'est pourtant le GPS qui nous guidait et c'est inadmissible, ce devrait être indiqué" ! ! !

 

Hé oui, ce ne sont plus les conducteurs qui sont responsables, mais les machines …

Et je redoute le moment où, motard ou piéton, je serai en travers de la route préconisée par un GPS et suivie aveuglément par un conducteur irréprochable … puisqu'il se serait conformé aux injonctions du guide électronique !

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
L'a vraiment l'air trop trop top ce tom-tom :D<br /> <br /> Sinon pour les décérébré(e)s qui suivent aveuglément le gps, bah je suis pas du tout étonnée ! Les gens sont souvent soit fainéants, soit crétins et quelquefois les deux simultanément et illes ont le permis de conduire... :(
Répondre
D
OH OH OH deviendrais tu homme moderne et branché? un beau et bon parcours avec ton tomtom que tu maîtrise, tout comme tes textes. Bravo
Répondre
S
Belle balade assistée par satellite, bravo pour le reportage ! :)<br /> Tu soulignes un avantage que j'apprécie tout particulièrement : se "perdre" lors d'une balade, avec la certitude de pouvoir retrouver le chemin de la maison.<br /> Et ce Tom² m'a l'air bougrement efficace !
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Patrice ou Div19
  • : Mes grandes virées en moto, dans la bonne humeur partagée entre amis.
  • Contact

Pages