Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 11:57

 

Lundi 2 décembre 7H45, je bats la semelle Porte de Versailles.

 

Je suis en avance sur l'heure de rendez-vous avec la Mutuelle des Motards. J'ai largement anticipé les difficultés de circulation en région parisienne … qui était relativement fluide ce matin. Ma fidèle Diversion s'est faufilée assez facilement dans le magma des derniers kilomètres … et me voici à attendre les pass de l'équipe de ProGECO Moto !

 

Pendant que mes jambes se dégourdissent, mon esprit vagabonde.
Comment suis-je arrivé là ?
Le début de cette aventure n'est pas si vieille et cela me paraît tellement loin déjà …

 

Il y a un peu plus d'un an, Jean-Paul (l'auteur des polar-motards "Cap au Nord" et "Tourne la poignée, Beaulieu") me harcelait régulièrement pour que je vienne l'aider à bouger l'ordre établi par l'intermédiaire de Facebook et tenter de supporter le projet de Éric Offenstadt dit Pépé (cf. l'article à son sujet). Mais sa force de persuasion et notre complicité ne sont pas suffisantes pour combattre mon marasme de cette époque. Pendant trois mois je résiste à ses assauts répétés, mais je surveille l'évolution de la situation. Une association se crée, un noyau de passionnés se fédère, les premiers Euros affluent et le projet semble prendre corps.

 

Il s'agit de construire le prototype d'une moto dont la conception est entièrement repensée. La phase de spécification fonctionnelle (qui remplace la méthode "step by step"), part d'un cahier des charges des réactions à obtenir tenant compte des besoins de pilotes ou usagers et elle doit être compatible avec les multiples contraintes de la physique à gérer. Ces études ont donné naissance à une modélisation de la machine idéale selon ces récentes recherches et il faut maintenant en valider concrètement l'application.
Vaste programme …

Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !

Une vue conceptuelle issue de l'informatique. Alléchante, mais quel projet ! ! !

 

En parallèle, mon état d'esprit s'éclaircit, et cette aventure en devenir se profile aussi comme un ultime remède à cette remise en forme. De plus, Pépé est une de mes premières idoles dans le monde de la moto et cela fait maintenant dix ans que je l'ai trop rapidement croisé pour la dernière fois à Montlhéry ! J'adresse donc ma maigre obole, au moins en regard de l'ampleur du projet, et commence à débattre, surtout avec Jean-Paul. Je suis encore méfiant et distant. Mon expérience m'a appris à me défier des enthousiasmes naissants trop souvent étouffés par de multiples déviances … et je n'ai pas l'envie de subir encore trop de désagréments (au moins de mon point de vue !).

 

Et puis, un beau jour de printemps, Éric Offenstadt communique sur Facebook ses difficultés à faire réaliser certaines pièces. En effet si la caisse se remplit tout doucement au fur et à mesure des adhésions, la masse financière reste faible face à l'ampleur du projet. Il recherche donc des solutions à moindre coût. Immédiatement je pense à mon ami William, patron d'une petite boite de mécanique de précision en Bretagne que je connais particulièrement bien pour l'avoir auditée et redéployée ...

Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !

Je l'appelle, lui soumets la demande de Pépé en lui précisant le contexte. Il accepte sans difficultés de rendre ce service et donc de ne pas facturer. Il faut préciser que c'est un passionné et que le simple nom de Offenstadt à fait briller quelques étoiles dans ses yeux ! Je transmets donc ses coordonnées à Pépé en lui précisant le contexte pour qu'il soit suffisamment à l'aise. En effet, si je suis l'entremetteur, je ne veux pas interférer dans leurs relations futures. Mais c'est peine perdue avec ces deux bougres. L'un semble étonné par cette sollicitude et l'autre impressionné par ce grand nom de l'histoire de la moto et je me retrouve fréquemment l'interprète de ces deux timides (au moins dans ce contexte ! ! !). L'entreprise WF-Concept rallie donc "le club des partenaires de le GECO".

 

Dans le même temps, je commence à intervenir, à ma mesure. Une pincée de promotion du projet par ce blog, quelques interventions timides, beaucoup de discussions avec Jean-Paul, des premiers contacts avec les piliers de l'opération et en particulier avec Pierre Geffrin, le président fondateur de l'association ProGECO Moto. Mais je reste dubitatif sur les capacités d'investissement réel des humains gravitant autour d'un tel projet.
Lorsque j'en parle à mon entourage, je crois voir de l'enthousiasme, mais aucune adhésion nouvelle n'est générée …
Lorsque j'analyse l'activité de la page Facebook créée par Jean-Paul "Une moto française en motoGP", le constat est édifiant. Pour les milliers de "déchainés en parole" à peine 10% adhèrent concrètement au projet …

 

Si j'étais marchand de bières, je serais inquiet pour mon business :
Trop de brasseurs pour trop peu de buveurs !

 

Mais ce triste constat doit provoquer un électrochoc au plus profond de moi. J'ai toujours refusé d'être passif, d'être un mouton bêlant au milieu du troupeau, se contentant de critiquer à l'unisson de la masse, sans s'activer, sans s'investir, sans proposer, sans agir …

 

Si je loupe le premier rendez-vous officiel de "la Bande à Pépé" à Dijon lors des coupes Moto-Légende au début de l'été, mon engagement devient plus formel, plus actif. Je propose mes idées, participe à la mise en œuvre de certaines. Et surtout, à l'occasion des grandes rencontres estivales avec les multiples amis et copains, je valide deux faits :

 

  1. Trop peu de motards ont entendu parler de ce projet et ne peuvent donc pas se prononcer par un engagement quelconque, ou un rejet aussi d'ailleurs ;

     
  2. Mes potes n'étaient pas de mauvaise foi lorsqu'ils me démontraient une once de passion sans concrétiser. Ils étaient simplement accaparés par leurs vies familiales et professionnelles. Dès que je prends en charge les inscriptions, les dons affluent et ce sujet devient un nouveau sujet de discussions entre nous …
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !

Bol d'or Classic, de gauche à droite, deux adhérents très récents, Michel et Bob,
et Eric, qui vient de me confier son chèque !

 

Fort de cette analyse, un plan à moyen et long terme se dessine autour des limbes embrumés de mon neurone. Il faut mettre en place un plan de communication qui agisse sur les différentes cibles nécessaires pour la réussite du projet, à savoir : les adhérents, les adhérents potentiels, les partenaires, les partenaires potentiels, la presse et les futurs sponsors.

 

Les actions vont se croiser. En effet, les intérêts de chaque éléments sont différents, mais complémentaires et interdépendants et des préalables me paraissent incontournables, à commencer par s'affranchir des informations purement techniques qu'il faut vulgariser.

 

Mais si l'objectif est clair pour moi, les options stratégiques sont multiples et difficiles à dégager.
D'une part, je ne veux rien imposer, me présentant comme une force de proposition. Mes points de vue dérangent occasionnellement, ce que je comprends d'autant mieux que je les expose parfois brusquement (me faire "l'avocat du diable" est mon crédo).
D'autre part, c'est une certaine forme de révolution. Cela implique de passer d'un mode réactionnel, naturel dans la phase de démarrage, à une gestion anticipative des multiples paramètres … Un choc de culture se prépare !

 

Alors que je commence à élaborer des axes de réflexion et à distiller mes idées dans ce sens, un appel catastrophé de Pépé, début août, me replonge dans les réalités purement matérielles du projet.

 

Un partenaire majeur dépose son bilan et ne peut pas réaliser certaines pièces sur lesquelles il s'était engagé. Et l'un de ces éléments stoppe l'ensemble des opérations suivantes. En effet, les platines dites de la "cellule technique" relient le cadre, la boucle arrière et le bras oscillant tout en accueillant un axe de transmission et abritant les éléments du cœur de la solution novatrice. Sans ces platines, le projet est quasiment à l'arrêt ! ! !

 

La question de Pépé est donc directe : Pour faire face à cette galère majeure, William de WF-Concept pourrait-il prendre en charge ces usinages, pour septembre ?
Ma réponse n'est pas engageante. En effet, l'entreprise est fermée pour les congés annuels et le plan de charge de septembre est déjà compliqué entre les commandes clients et l'arrivée d'un nouveau centre d'usinage. Néanmoins je m'engage à traiter la question au plus vite afin d'envisager rapidement une autre solution et je récupère tout de suite un maximum d'informations, dont les plans.

 

Deux jours plus tard je peux rassurer Pépé. William a examiné les plans, revu son planning (dont une reprise anticipée pour lui) et s'engage pour la fin septembre. Pendant qu'il continue ses vacances, j'organise avec Pépé et Jérôme (l'un des ingénieurs du projet) la logistique nécessaire qui permettra de démarrer dès l'ouverture de l'entreprise (Spécifications, approvisionnement matière, etc. …). Malheureusement, le bloc d'aluminium spécial arrive avec plus d'une semaine de retard ce qui n'est pas de bon augure pour les délais. J'ai néanmoins la chance d'arriver en Bretagne début octobre pour emballer et expédier ces sublimes pièces. Je suis tout simplement heureux d'être le premier à les voir et fier de ces deux motards Bretons (un salarié grandement impliqué fait aussi de la moto) qui ont fait le job, magnifiquement et avec seulement deux jours de retard sur le planning initial !

Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !

Rutilantes, tout juste essuyées,
ces pièces seront à la poste dans quelques dizaines de minutes!

 

Mais ces évènements remettent en cause l'annonce qui est déjà faite, à savoir la première présentation de la machine fin octobre lors de la finale du championnat du monde de Superbike. La moto ne sera pas prête. Dans ce contexte, il est envisagé de réaliser cette première en décembre, lors du salon de la moto de Paris et avec un autre partenaire qui sera présent, la Mutuelle des Motards.

 

Mais cela implique bien des actions et deux mois de folie s'ouvrent devant nous, mais nous n'en avons pas encore conscience.

 

Sur la grosse dizaine de personnes qui agissent en permanence dans l'ombre, en dehors de la technique, un "fer de lance" se dessine, inéluctablement, mais fermement. Si Anne reste en retrait et travaille inlassablement à la gestion des membres, Pierre, Eric B (likefriandise sur FB), Raphaël et moi, nous nous activons à structurer les actions et la communication. L'objectif est clair : arriver au 2 décembre avec un maximum d'atouts pour offrir une résonnance optimale au GECO ! ! !

 

Une délicate mais puissante alchimie opère. Ces quatre-là, comme les mousquetaires, commencent à œuvrer ensemble alors qu'ils ne se sont jamais vus (ma première rencontre avec Pierre date des 24H00 du Mans) et ne se connaissent que par internet et téléphone interposé. Et pourtant, ils proposent, critiquent (au sens positif du terme), réagissent et prennent en charge des pans entier du projet, chacun avec ses compétences, en fonction du temps dont il dispose et les concepts qui se dessinent au fur et à mesure des travaux deviennent immédiatement des réalités.

 

Les complémentarités jouent à fond. Les engagements réciproques sont tenus. Les solutions émergent. Les applications portent de premiers fruits qui sont de nouvelles motivations pour aller encore plus vite, encore plus loin …

 

Les axes sont clairs et concomitants, et les démarches itératives et interdépendantes :

 

  • Informer régulièrement et en priorité les adhérents, mais aussi susciter de nouvelles adhésions par divers moyens d'information et de promotion (Page Facebook, manifestations, vie du site, animations particulières, etc. …) ;

     
  • Informer, animer et promouvoir les partenaires afin qu'ils obtiennent un juste retour de leurs investissements, même si ceux-ci sont essentiellement générés par la passion et/ou l'amitié ;

     
  • Amener la presse à s'intéresser à ce projet pour décupler les apports des deux points précédents.
     
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !

La superbe synthèse graphique de Raphaël pour mettre en valeur les partenaires !

 

Semaine après semaine, la pression s'amplifie, mais la bonne humeur, les railleries, les gags ne s'estompent pas, au contraire. La connivence s'accentue. Les questions fusent de toutes part et les solutions sont mises en œuvre, immédiatement, naturellement. Notre carburant c'est l'euphorie, l'adrénaline de la pression, le plaisir de réaliser ensemble, la découverte des autres, les échanges, gratuits mais pourtant formateurs, qui permettent à chacun de s'améliorer en profitant des connaissances et compétences des autres.

 

Une expérience pas toujours facile, mais magnifique et inestimable !

 

Que de missions sont assumées en si peu de temps. Difficile, sinon impossible de toutes les lister, et certaines m'échappent entre autre du fait que je n'y participe pas directement. Mais tentons de se repasser le film, de revoir quelques actions clés avec la prépondérance de chacun, car tous, le plus souvent, interviennent.

 

Pour Pierre, l'orchestration des relations tant internes qu'externes, l'animation de l'association, les actions de promotion (Coupes et salon Moto-Légende, 24H00 du Mans, Club Gold Wing), la cooptation d'un parrain prestigieux, Patrick Baudry, la réalisation de nombreux documents, etc …

 

Eric de son côté a totalement pris en charge le site et sa mise à jour permanente. Il nous oriente pour obtenir de quoi alimenter son bébé. Il temporise lorsque la machine s'emballe. Il anticipe et gère les flux, notamment quant à l'organisation du salon et toujours avec une réactivité qui nous étonne encore …

 

Quant à Raphaël il excelle dans le graphisme et réalise quelques pièces maitresses comme la bannière partenaires (source de mise à jour fréquentes entre autre sous la férule de Pépé qui ne veut pas qu'un seul de ceux qui participent ne soit oublié !), les diaporamas ou vidéos, les cartons d'invitations, et combien d'autres solutions à nos demandes répétées …

 

En ce qui me concerne, je suis vite cantonné dans les textes, comme par hasard ! Des comptes rendus, directs ou par blog interposé, les trombinoscopes, des propositions de messages, de courriers, la réalisation du règlement de la tombola, … . A ces titres, j'interviens aussi dans les relations avec les partenaires ou la presse. Et mon côté "avocat du diable" oblige à des réflexions plus approfondies, à des projections qui favorisent l'anticipation …

 

Mais cet environnement d'hommes est heureusement aussi guidé par une touche de féminité qui apporte des visions différentes et complémentaires ce qui permet d'offrir des solutions encore plus abouties.
Anne veille sur les adhérents et nous apporte une critique constructive et des idées supplétives, autant d'éléments qui optimisent les actions.
Coralie qui nous rejoint en cours de trimestre, commence par prendre en charge les aspects purement administratifs en déchargeant magistralement Gérard de ces contraintes. Ensuite, elle gère les relations avec la Mutuelle des Motards quant à l'épineuse organisation du salon.

 

Les deux dernières semaines de novembre sont dantesques. Si, physiquement les jours raccourcissent, pratiquement ils s'allongent démesurément. Les dernières galères techniques nous font douter, par moments. La somme des détails à régler s'amplifie. A chaque réponse apportée deux questions nouvelles apparaissent. S'il est sûr que nous ne serons jamais complètement prêts, nous tentons de prendre le maximum de moyens pour favoriser une réussite exemplaire.

 

De plus, dans ce contexte, nous avons pris la décision de ne pas montrer la moto avant sa présentation officielle. Mais en même temps il faut bien répondre aux nombreuses demandes qui nous parviennent de tous les horizons, à commencer par les adhérents de l'association, véritable tribu renommée "La Bande à Pépé". Nous distillons donc l'information dans une démarche mûrement architecturée. Les indices sont émis par bribes, les photos sont tronquées pour n'en faire apparaitre qu'un ou deux éléments à chaque fois et, régulièrement chaque contenu est diffusé, ne répondant que partiellement aux attentes …

 

A ce jeu, quelques journalistes, mais surtout les membres de la Tribu piaffent d'impatience. Et c'est d'autant plus vrai pour tous ceux qui ne pourront pas faire le déplacement à Paris ! Et envers tous nous prenons des engagements formels de leur faire partager au mieux tous ces moments.

 

Le jeudi 28 novembre, je profite d'une fenêtre météo plus favorable pour programmer mon départ vers Paris. L'air est sec, mais je dois attendre la fin de matinée que les températures remontent un peu car les 130 premiers kilomètres peuvent se révéler piégeux ! A Meymac il fait encore -5° et la traversée du plateau de Millevaches tout blanc se pratique entre -8° et -10°. Les zones ombragées ou proches des cours d'eau sont abordées avec une certaine retenue et quelques fugaces dérobades de la Diversion me confortent dans une allure des plus mesurée. Je suis ensuite bloqué plus d'une heure en Sologne … par le téléphone. De nombreux messages m'entrainent à traiter sur place des questions urgentes émanant des collègues et de la Mutuelle dont je viens de reprendre la gestion pour l'organisation.
Je finis par arriver chez mon frère, dans les Yvelines, de nuit et trempé. Les 50 derniers kilomètres se sont poursuivis sous la pluie et dans la brume !

 

J'ai voulu arriver un peu plus tôt pour être sur place les derniers jours et pouvoir réagir à une quelconque embûche, mais aussi consacrer un peu de temps à ma famille, mais celui-ci est réduit à sa plus simple expression.

 

A Lésignan, c'est aussi l'enfer. La peinture sur le carénage réagit mal et Pépé m'en informe catastrophé. Il envisage de présenter la machine sans sa robe … Nous nous donnons deux heures de réflexion car il faut que je trouve une solution pour que tous les logos de nos partenaires soient présents … et ils sont sur le carénage ! ! ! Tractations avec Laure de la Mutuelle des Motards, en charge du salon et évaluation des options potentielles.
Un long conciliabule s'engage alors avec Olivier Gomez et nous prenons la décision de monter le carénage. Il pense pouvoir gommer une partie du désastre et j'estime que nous présentons un prototype dont le sujet est le cœur technologique et pas son habillage. Je prépare toutefois les messages pour répondre aux éventuelles questions.

 

L'équipe technique réalise en fait une prouesse, mais à quel prix. Un travail acharné jusqu'au dimanche matin permet d'atténuer la majeure partie des défauts. La seule conséquence vraiment néfaste réside dans les films autocollants. Posés la nuit alors qu'il fait très froid, ils présenteront de multiples bulles qui apparaissent avec la chaleur du salon !
Quelle fabuleuse équipe cette "bande à Pépé" !

Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !

Sitôt arrivée, sitôt cachée ...

 

Dimanche en début d'après-midi, la machine est bien arrivée et l'installation se réalise correctement. De ce fait je n'aurais pas besoin de rallier la Porte de Versailles en catastrophe. Je m'octroie donc un moment de détente et propose à mon neveu Maxime une petite virée en moto. C'est qu'il piaffe d'impatience de remettre son casque et de partir s'encanailler avec le "Tonton Barjot" ! Mais pas une fois il n'a réclamé. Il grandit bien mon petit et émérite passager ! ! !

 

Au retour de notre échappée, en fin d'après-midi, un mail laconique, parmi d'autres, m'informe que les panonceaux prévus pour la But et le GECO ne sont pas réalisables par les services techniques. L'objectif était de relier par le texte ces deux machines réalisées par Éric Offenstadt à une quarantaine d'années d'écart. La tuile, si tard. Et puis je pense à un membre de la région parisienne qui m'a contacté quelques jours auparavant pour proposer ses services. Etienne, que je rebaptiserai Eugène dans mon CR de la première journée … pour la plus grande joie des taquins (non, je ne cite pas de noms) !
Je l'appelle, lui présente la situation et lui demande s'il peut fournir une solution. Immédiatement, il m'annonce qu'il va chercher des supports et que je peux lui envoyer les textes. Aussitôt dit, aussitôt fait. Nouveau conciliabule téléphonique alors qu'il est dans un magasin et qu'il hésite entre différentes solutions.
Le lendemain matin, il est là à la première heure, avec des cadres aux couleurs GECO (orange et noir) et les textes sous différentes formes, mais aussi quelques viennoiseries et une bouteille de champagne. Il est confiant le garçon !

 

Il n'y a vraiment pas de problèmes dans la Tribu, que des solutions ! ! !

 

La journée du lundi est épique et fantastique.
Pendant que nous vivons ces moments magiques, les adhérents reçoivent la première photo de la moto. En effet, Eric B a programmé un envoi à 17H00 de la dernière photo prise à Lésignan, juste avant le départ. Ils peuvent ainsi partager presque en temps réel ces instants exceptionnels. Nous avons seulement pris une demi-heure de décalage avec l'horaire prévu !

 

Quant au déroulement de cette journée, j'en ai déjà fait un compte rendu :

Le soir, au retour chez mon frère et après un rapide dîner, je m'attelle à traiter les photos et préparer le compte rendu promis. Mais la fatigue accumulée, la pression qui décroit après l'euphorie et les poignantes émotions rendent mes paupières lourdes, trop lourdes pour être efficace. J'ai tout de même le temps de voir les premières photos proposées à tous par Eric B qui s'est rivé à son PC dès son retour. Il assume nos engagements de communication, tant vers les membres que pour les journalistes ayant besoin de photos.

Pour moi, réveil programmé à 4H30, je m'endors instantanément.


Mardi matin vers 6H00, en pleine rédaction de mon CR, je découvre avec plaisir la parution de Mototribu. Il est rapide ce bougre d'Adrien et ses photos sont magnifiques. A cette première et magistrale publication, s'ajoute l'article de Midi Libre. Ce démarrage tonitruant associé aux réactions de la veille laisse présager une bonne couverture médiatique ce qui tend à me rassurer.

 

A 7H20, j'envoie mon texte à Eric B qui le transmet immédiatement à la Tribu (je découvrirai quelques fautes plus tard, mais la relecture fut trop rapide !). Je peux reprendre la route vers Paris, l'esprit tranquillisé.

 

Nos craintes relatives à la fréquentation sont confortées dès l'ouverture. La foule se presse, les questions fusent, les dialogues s'établissent et les réactions sont particulièrement encourageantes. Heureusement que nous avons anticipé en prévoyant plus de personnes que les deux initialement imposées. La journée parait très courte, nous ne voyons pas le temps passer. Inlassablement nous expliquons, démontrons et proposons adhésions et concours.

 

Les questions techniques ne sont pas toujours faciles à traiter, mais nous avons la chance de bénéficier, en plus de Pépé, de la présence de Jérôme Hazart le jeune ingénieur en charge du projet pendant de long mois. Même s'il a quitté le sud pour poursuivre sa vie, il est là, efficace et fier. Encore merci à toi ! (on a bien fait de lui prévoir un badge, hein Raphaël, du beau boulot et efficace).

 

Le mercredi, mon frère m'accompagne. Il veut vivre aussi cette aventure, et avec son fils, Maxime. En passager, le frérot n'est pas fier. Je ne risque pas de m'échapper tant ses cuisses se referment lors de nos slaloms dans le magma des boites à roues ! ! !

Nous récupérons le grand Max qui arrive de son école Orléanaise et profitons des moments calmes avant l'ouverture des portes pour immortaliser la rencontre du sourd avec la Diva. Il est impressionné le gaillard.

Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !

Max radieux et son Papa entourent le GECO !

 

Dès les premiers afflux, ils partent visiter le salon pendant que nous reprenons nos sempiternelles litanies. Comme hier, celles-ci sont émaillées de moments particuliers lorsque je retrouve des copains, des compagnons de virées, des complices d'actions particulières.

 

C'est particulièrement vrai lorsque la FFMC 57 débarque. Les souvenirs remontent. Une montée impossible dans les Vosges avec Jean-Pierre et mon ami Serge de Metz. Mais aussi une finale d'un tour de France HMS à Metz avec Jean-Yves, motard handicapé. C'est un activiste notoire tant au sein de la FFMC que pour HMS. Par sa gentillesse, ses expériences, son accueil sur le stand HMS de Bols d'Or, il a grandement aidé mon petit Max à mieux appréhender son propre handicap, à découvrir des perspectives qui ont amplement favorisé sa positive évolution de ces dernières années.

 

Malheureusement, au grand regret de Maxime, ils ne se verront pas. Après un rapide pique-nique tous les trois, mon frère retourne bosser et Max repart vers son école en me demandant instamment de saluer Jean-Yves de sa part. En ce qui me concerne, aucune question ne se pose, l'activité autour de la GECO nous accapare.

 

Sur le stand, Laurent (lesmotards.com) continue ses animations, visiblement satisfait d'accroitre la pression en nous drainant encore plus de monde (peut-être sa vengeance de l'avoir entrainé dans cette aventure comme il l'avait exprimé en son temps pour me taquiner ?). Quand il prépare ses questions, je lui en propose une : "Combien de chaînes sur le GECO ?" La réponse serait trois, deux pour la transmission plus une dans le moteur. Quel ne sera pas mon étonnement le lendemain lorsque j'apprendrais que Pépé avait fustigé cette réponse : "Non, c'est quatre chaînes, vous avez oublié celle de l'amitié "

 

Bel hommage à cette équipée fantastique !

 

Mais c'est ma dernière journée. Même si la fatigue pèse, je suis abattu de devoir quitter cet environnement qui polarise tous les efforts de ces derniers mois. Je passe la main et transmets le témoin aux deux fidèles qui s'engagent à assurer l'ouverture du lendemain, Etienne et Jérôme.

 

Jeudi je dois reprendre la route pour rejoindre le Massif Central. En effet, je suis engagé dans une autre aventure, la concentration des Millevaches. Encore un environnement où nous allons pouvoir faire briller la GECO. Eh oui, l'organisateur, le MC Meymacois est aussi un partenaire du projet et plusieurs de ses membres, à commencer par Bill son Président, sont également adhérents de la Tribu ! ! !

Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !
Salon de la moto. Fin du premier épisode d'une folle histoire !

Merci à toi, Éric Offenstadt, de me permettre de te retourner les rêves
que tu m'as offerts il y a plus de quarante ans maintenant ;

 

Merci à vous, Anne, Pierre, Eric B et Raphaël que j'ai découvert à cette occasion
et avec lesquels j'ai partagé tant de moments,
élaboré tant de solutions, appliqué tant de décisions et …
gagné un pari complètement fou, rétrospectivement ;

 

Merci à vous tous, trop nombreux pour être cités, pour vos idées,
vos investissements, votre joie de vivre, nos partages endiablés, votre passion,
enfin tout ce qui a fait de ce projet une merveilleuse aventure humaine
avec un premier résultat époustouflant !

 

Mais ce n'est pas fini, vivement la piste …

Ils parlent du GECO
(liste au 22/12/2013)

Le Point

France Info

France 3

Le Midi Libre

Moto Magazine

Dépêches Motoplus.ca

GP-inside

Autonews info

http://www.youtube.com/watch?v=0KGA-ri-4eo

Moto Tribu

Esprit-Racing

Frico Racing

Moto-Net

Moto-Station

Moto Services

lerepairedesmotards-com

itineraires-evasion-fr/

itineraires-evasion-fr/

moto-journal-05:12:2013

ffmc71

motoclubdespotes.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
super le texte !!! <br /> je suis ému que mon tonton barjot me parle de moi dans le texte, je suis un star
Répondre
P
Et moi je suis heureux d'avoir ... enfin ... de tes nouvelles ! ! !<br /> Surtout que je suis à 1 mètre de toi ! ! !
M
Je viens de lire ce commentaire, très interessant... J'ai bien reconnu l'anxiété du temps qui passe, de la date fatidique qui approche: Je suis Mickie, le copain de Pépé, le mécano qui, aidé par d'autres (merci Emeric et Morgan, entre autres), ont assemblé ces bouts venus de tous les horizons pour constituer une moto... Et moi aussi de mon côté, j'ai bien senti cette adrénaline générée par le calendrier, j'ai douté par moments que ce soit irréalisable, mais on a continué de l'avant, comme on savait qu'ailleurs et différemment, d'autres personnes oeuvraient aussi, à Paris et ailleurs, pour que notre boulot soit pris en compte et parachevé où et quand il faudrait...<br /> Experience fabuleuse dont je suis sorti complètement vidé (Je suis retraité, et j'ai fêté mes 62 ans ce fameux lundi 2 Décembre, et mes guibolles se rappellent du jour où ce camion a grillé un feu rouge... passons!), Pépé a bien voulu me garder pour la suite de l'aventure, malgré que j'aie encore plus mauvais caractère que lui (chut!)... Rendez-vous dans un paddock, le plus tôt possible, avec un racer révolutionnaire!
Répondre
P
Salut Mickie,<br /> Quel plaisir de te lire ici après nos rapides échanges relatifs au trombinoscope.<br /> Et quel immense plaisir de partager avec toi, avec vous tous, cette fabuleuse réussite.<br /> Penses-tu que l'on puisse trouver une seule choses, un seul évènement qui puissent arrêter la Bande à Pépé ?<br /> Je note le rendez-vous, le plus tôt possible dans un paddock avec toute la tribu pour fêter ça ...
M
J'ai suivi toute l'aventure en live sur FB grâce à toutes les news dont les Gecomen nous abreuvaient, mais je viens de passer un formidable moment à revivre cet évènement à travers ta propre expérience inédite.<br /> Merci, Patrice, pour cette tranche de vie inoubliable et félicitations à la bande à Pépé pour cette merveilleuse réussite.<br /> Place au deuxième acte...
Répondre
P
Félicitations à tous ! Je ne suis qu'un des acteurs qui se fait plaisir en revivant tous ces moments et en essayant de les partager à nouveau.<br /> Et merci à toi de ce commentaire, ça motive (encore plus !).<br /> A plus tard.
A
Ah, génial !!! Sans y être, j'y étais ! Merci à toi Patrice !!!
Répondre
P
Sans y être, sans y être ...<br /> Tu as beau essayer de te faire toute petite, tu as pris ta part sans vergogne et avec bonne humeur.<br /> A bientôt pour la suite et profites bien des bout'choux que l'on voit passer, incidemment, sur FB.<br /> Bonnes fêtes en famille.
M
Superbe .... Patrice !!!
Répondre
P
Merci Michel. Et d'autant plus merci que sans toi, ton hospitalité et ton accès internet, il m'aurait fallu plus de temps.<br /> C'est encore l'effet &quot;Bande à Pépé&quot; ! ! !
D
C'est là qu'on retrouve du Patrice pugnace et combatif comme on aime le voir. Avec surtout un immense bravo à l'ensemble des participants qui ont su mettre en commun leurs savoirs pour faire de leur rêve une réalité... pour notre plus grand plaisir ! Chapeau les &quot;Artistes&quot; !
Répondre
B
Il n'y a pas de Lézard, juste une GECO. Tu me vois ravi de voir des gens comme toi, raph et tous les autres qui s'investissent et portent à bout de bras ce projet collectif, technique et scientifique. Cela me rassure sur l'intelligence collective et la qualité des relations humaines qui font si défaut à nos sociétés ( modernes ) ? ? ? ? ? Ce sera peut être ça le moteur, l'essentiel et la réussite de cette aventure.
P
Il en manque d'autres aussi Gilles. lorsque je mettais en ligne, un nouveau arrivait ...<br /> Et j'espère que ce sera encore comme ça pendant quelques jours, voir semaines !
P
Merci Dédé, et tu sais de quoi tu parles. En lisant ceci tu as dû avoir quelques remontées de souvenirs ... Le tour de France HMS, c'est toi qui l'a porté à bouts de bras ! ! !<br /> Donc ces éloges n'en ont que plus de poids.<br /> Joyeuses f^tes à toi, Annie et ta descendance ...
B
Il manque LVM dans la liste. C'est toujours un peu comme ça quand on prend le train en marche ( gag ).
L
Dans &quot;Ils parlent du GECO, tu peux rajouter: http://motorcycles-on-the-road.blogspot.fr/ Ce n'est que mon blog moto perso et non un media professionnel, donc je ne sais pas si ça peut entrer dans ta liste ?
Répondre
P
Réponse de Eric (je ne l'avais pas vu non plus !) :<br /> <br /> Dans la revue de presse depuis le 17 decembre, dans le repertoire : http://www.progecomoto.fr/presse-et-medias/revue-presse-2em-semestre-2013/2013-12-motorcycles-on-the-road-blogspot-fr/
P
Merci bien pour ton action Laurent, elle s'inscrit exactement dans la démarche initiée.<br /> J'ai transmis le lien à Eric qui s'occupe du site.<br /> A très bientôt ?
J
Quelle énergie, et que de passion et d'amitié !<br /> Tout récent adhérent, grâce à toi et ton blog, merci et bon courage à toute l'équipe GECO.<br /> à un de ces 4 <br /> Jacques
Répondre
P
Es-tu le Jacques des poursuites, la dernière fois avec un certain Père François ?<br /> Je le pense ...<br /> Mais qu'importe, merci à toi de nous rejoindre et, en cette période de vœux, je te souhaite de vivre avec nous tous quelques uns de ces superbes moments.<br /> A plus tard.

Présentation

  • : Le blog de Patrice ou Div19
  • : Mes grandes virées en moto, dans la bonne humeur partagée entre amis.
  • Contact

Pages